Le décryptage éco. Airbus empêtré dans une affaire de corruption

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le géant européen de l'aéronautique Airbus présente mardi ses résultats du troisième trimestre. L'entreprise est fragilisée par une affaire de corruption. Le décryptage de Fanny Guinochet.

Airbus présente mardi 31 octobre ses résultats du troisième trimestre 2017. Le géant européen de l’aéronautique est fragilisé par une affaire de corruption. L'entreprise est impliquée dans un dossier de de pots de vins et de fraudes, qui concerne des ventes d'avions civils et militaires. Des intermédiaires - notamment chinois - auraient facilité des marchés sans être déclarés. 

Face à ces activités illégales, Airbus a choisi de prendre les devants et de révéler l'affaire au grand jour. L’entreprise s’est auto dénoncée l’année dernière auprès de la justice française et britannique. Airbus espérait ainsi éviter de se faire épingler par les Américains. Elle a eu peur que Boeing, son principal concurrent, ne fasse pression sur Washington et que les Américains se servent de ces irrégularités pour lancer une procédure contre elle. En coopérant avec la justice, Airbus espère s'épargner une condamnation pénale qui lui ferait beaucoup de mal car elle n’aurait plus accès au marché publics.

L'affaire prend une tournure diplomatique

Les cadres dirigeants d'Airbus sont en première ligne, à commencer par le PDG du groupe aéronautique, Tom Enders. Son point fort : il a levé l’affaire au grand jour et a reçu le soutien du conseil d’administration d’Airbus. Tom Enders dit vouloir sortir par le haut de cette affaire. Il effectue son second mandat, qui se terminera en 2019. Mais même dans le meilleur des scénarios, il s’attend à payer des pénalités importantes. Heureusement, le groupe a de la trésorerie, avec pas loin de 20 milliards d’euros disponibles, et un carnet de commandes rempli, avec 6 700 avions soit quasiment dix ans de production devant lui. Cette affaire de corruption reste pourtant un coup dur pour Airbus, qui emploie près de 135 000 salariés.

L’affaire prend une tournure diplomatique. L’Élysée suit ça de très près parce que cette affaire écorne le fleuron franco-allemand qui est souvent cité en exemple. Une tempête pareille peut réveiller de vieilles querelles franco-allemandes. Elle a aussi un impact sur les relations entre l'Europe et les États-Unis parce que si les Américains ouvrent une enquête contre Airbus, ça sera pris comme un geste de défiance vis à vis de l’Europe.

Vous êtes à nouveau en ligne