Changement de quatre patrons d'entreprises liées à l'énergie. Du jamais vu !

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C’est un mouvement spectaculaire dans le secteur si stratégique de l’énergie : quatre de nos plus grandes entreprises vont changer de patron : EDF, Areva, GDF-Suez et bien sûr Total. C’est un mouvement sans précédent ?

C’est assez incroyable concours de circonstances, Fabienne. On n’a jamais vu ça., qui plus est dans un secteur aussi stratégique. Nous avons là, quatre cas de figures très différents :

1 - L’accident d’abord dans le cas de Total

. - Organisé. Entreprise privée, donc l’Etat n’a pas à s’en mêler. Succession interne. Un plan prévu. Conseil d’administration.

2 – Le cas d’un choix de non-renouvellement dans le cas d’EDF, - l’affaire a été menée d’une main de maître. La question était de savoir si Henri Proglio serait reconduit pour un second mandat. On se demandait si François Hollande allait oser dire « non » à un patron aux puissants réseaux et qui, en outre, n’avait pas démérité. Même l’intéressé en fut surpris : le président a choisi la semaine dernière de le remplacer par Jean-Bernard Lévy, le PDG du groupe d’électronique de défense Thales. Un manager compétent, inclassable, et très au fait des mutations technologiques. Bref, voilà une nomination qui n’a souffert d’aucune contestation.

Troisième cas, celui d’Areva : on a appris lundi que le patron Luc Oursel démissionnait pour des raisons de santé…

Oui et c’est un cas de force majeure, donc, même si l’Etat s’interrogeait depuis plusieurs semaines sur l’opportunité de maintenir Luc Oursel. Plusieurs noms circulaient dans la coulisse et il faudra attendre quelques heures pour connaître le ou plutôt les deux élus chois par le président de la République.

4 - Le dernier cas, celui de GDF-Suez, l’affaire s’est tranchée hier soir, et c’est l’aboutissement d’une guerre d’hommes qui a duré plusieurs mois, où presque tous les coups furent permis, elle a opposé entre Gérard Mestrallet et son numéro 2 qui pouvait légitimement espérer lui succéder, Jean-François Cirelli.

Le PDG Gérard Mestrallet, est en place jusqu’en 2016, mais il souhaitait préparer sa succession et pousser sur le devant de la scène, sa protégée, Isabelle Kocher, actuelle directrice générale adjointe chargée des finances et par ailleurs ancienne collaboratrice de Lionel Jospin à Matignon. Manœuvre et coup de bluff, la guerre a fait rage et Mestrallet a gagné : un conseil extraordinaire, convoqué en urgence, a trancher de manière plutôt brutal en écartant Cirelli pour faire place à Isabelle Kocher, administratrice, qui sera donc très certainement la première femme à diriger une grande entreprise du Cac 40.

Dans ces trois dernières entreprises publiques, Vincent, il n’y a pas eu de chasse aux sorcières politiques…

Oui, et c’est à signaler, c’est un progrès, mais l’Etat reste attendu au tournant : d’abord pour trouver au plus vite un successeur à Luc Oursel à la tête d’Areva. Et maintenant pour faire travailler mieux ensemble les deux acteurs de la filière nucléaire française que sont EDF et Areva.