Le débrief politique. Regain de tension entre Mélenchon et les communistes

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Barack Obama soutient Emmanuel Macron, Hollande raille le niveau du débat et Jean-Luc Mélenchon s'écharpe avec les communistes. Tout ce qu'il ne fallait pas rater de l'actualité politique du jeudi 4 mai avec Yannick Falt. 

Législatives : bisbilles entre Mélenchon et les communistes 

La tension est remontée d'un cran entre Jean-Luc Mélenchon et le parti communiste. Après les discussions dans la douleur pour s'accorder sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle, ce qui coince désormais, ce sont les législatives. Le dernier couac en date, c'est une photo de famille qui n’en est pas une. Une photo qui met côte à côte, sur des tracts électoraux, Jean-Luc Mélenchon et des candidats aux législatives. Problème, ce ne sont pas des candidats de son mouvement, mais “des communistes qui s’approprient son image et son bon score du premier tour”, explique Manuel Bompard, le directeur de campagne de l’ancien candidat. Il explique que des poursuites judiciaires vont même être engagées. 

Cette ambiance tendue illustre bien ce qui se joue en coulisses actuellement. Des négociations compliquées sur un accord électoral avant le mois de juin. Le PCF et son secrétaire national, Pierre Laurent, aimeraient bien “un rassemblement des forces” sous une bannière commune et avec un programme commun. Mais, la France insoumise s’y oppose. Elle préfère une alliance de circonstance, "un accord dans 52 circonscriptions uniquement”. La moitié pour eux, l’autre pour le Parti communiste. 

Une proposition est à prendre ou à laisser, explique un cadre du mouvement. Les Communistes ont jusqu’à mardi pour accepter cette contre-proposition. Sinon ? “Chacun présentera ses candidats” explique un cadre du mouvement. Du côté de la France insoumise, on a déjà investi 504 candidats qui auront l’appui du mouvement ET de Jean-Luc Mélenchon. Et qui pourront donc, eux, le faire figurer sur leurs affiches de campagne. 

Un "big" soutien à Emmanuel Macron 

Après le débat, Obama. L'ancien Président américain en marche pour Emmanuel Macron. Il a publié une vidéo de soutien sur les réseaux sociaux. Le message a été posté directement par les équipes du candidat. Et Emmanuel Macron s'est dit ravi de ce soutien à trois jours du second tour :  "L'espoir est en marche, merci Barack Obama."

"Merci aussi à la plupart des dirigeants occidentaux", aurait pu ajouter le candidat adoublé notamment par la chancellière allemande Angela Merkel. Alors que seul Vladimir Poutine a eu des mots doux pour Marine Le Pen qu'il a reçu au Kremlin fin mars. Silence radio en revanche du successeur de Barack Obama, Donald Trump qui joue de prudence depuis son accession à la Maison Blanche.

François Hollande réagit au débat 

Le chef de l'Etat continue de multiplier les déclarations contre Marine Le Pen. Et il multiplie aussi les déplacements alors que son mandat s'achève officiellement dans 10 jours. Le Tarn-et-Garonne vendredi matin, l'Indre vendredi après-midi. Aujourd'hui, il était à Alençon dans l'Orne. Et il a fait ce commentaire sur le débat Macron-Le Pen. "Le débat a été pénible à suivre mais il a été utile parce qu'il est apparu que le projet de Mme Le Pen était non seulement incohérent mais dangereux", a expliqué François Hollande à France Bleu Normandie. "Les masques sont tombés, les Français sont maintenant éclairés" a-t-il ajouté.  Et le chef de l'Etat n'est pas le seul à ne pas avoir apprécié la prestation de Marine Le Pen. Alain Juppé l'a qualifié de "déplorable". Pour le maire de Bordeaux, Marine Le Pen l'a "tiré vers le bas" en raison de "la violence de ses attaques, ses erreurs et ses mensonges".

Le débat sur le terrain judiciaire 

Le débat électrique s'est poursuivi sur le terrain judiciaire. Mercredi soir, Marine Le Pen avait déclaré : "J'espère que vous n'avez pas un compte off-shore aux Bahamas". Au lendemain de ces insinuations, Emmanuel Macron a déposé une plainte contre X pour divulgation de fausses nouvelles visant à influencer le déroulement de l'élection. Jeudi soir, Emmanuel Macron est en meeting à Albi, dans le Tarn.

De son côté, la candidate du FN a été accueillie par des jets d'oeufs à Dol-de-Bretagne en Ile-et-Villaine. Ici, elle avait le même programme que son rival, Emmanuel Macron ; visite d'entreprise puis meeting à Ennemain dans la Somme. Un dernier meeting en terrain conquis.

La note du débrief 

franceinfo a choisi de mettre en valeur un livre dont la parution est déjà annoncée pour le 24 mai.  Son titre "Macron, le Président Inattendu" doit être publié aux éditions First.  Au choix : on donnera donc 20 sur 20 pour la note de l'anticipation ou 0 pointé pour celle du déni de démocratie.

Vous êtes à nouveau en ligne