Le debrief politique. Primaire à gauche : Hamon a réuni tous les parrainages nécessaires

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

C'est une information franceinfo. Benoit Hamon a réuni le nombre de parrainages nécessaires pour être candidat à la primaire du PS. Et il a déjà trouvé son local de campagne. 

Pour la primaire à gauche, le premier candidat à dégainer ses parrainages s'appelle Benoit Hamon, invité de franceinfo lundi 10 octobre. Sa liste est quasiment prête. Le candidat de l'aile gauche du PS a déjà réuni les 5% de parlementaires nécessaires, au moins 19, dont 1 sénateur, 2 eurodéputés et 16 députés. "Et ce n'est qu'un début", dit son entourage.

Benoit Hamon se présente comme le candidat de la transgression et de la transition. Après le revenu universel, il vient de relancer le débat sur la légalisation du cannabis. Son QG sera bientôt inauguré, le 19 octobre, au 11ème étage de la tour Montparnasse, à Paris. Trois étages sous celui... d'Emmanuel Macron !

"Hollande bashing" sur les questions diplomatiques 

Ce mardi 11 octobre signe le retour du "Hollande bashing" sur les questions diplomatiques. Et au coeur du malaise, l'annulation de la rencontre qui était prévue la semaine prochaine entre le Président de la République et Vladimir Poutine. C'est Poutine qui se décommande mais c'est Hollande qui avait préparé le terrain samedi, lors d'une courte interview accordée à nos confrères de TMC.

Il faut dire qu'Alep est plus que jamais pilonnée par les avions russes et syriens, et que, dimanche 9 octobre, Moscou a bloqué à l'ONU une résolution française pour un cessez-le-feu. S'il y a un gros coup de froid, ça s'explique. Un oui, puis un "peut-être", puis un annulation. De quoi réveiller les plus russophiles à droite et au FN. "Comment trouve-t-on la solution si on se parle pas ? À Alep, il y a des massacres. Comment va-t-on arranger la situation si on se fait la tête? " demande Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire Les Républicains. Marine Le Pen, elle, trouve "indigne" l'attitude de François Hollande. "Il a pris l'habitude de remplacer la diplomatie par une succession de chantages, de menace, de mises en garde explique la présidente du Front National.  Il est évident qu'il aurait du recevoir Vladimir Poutine." 

La convention animale très stratégique de Marine Le Pen 

Mardi 11 octobre, en soirée, Marine Le Pen doit animer une convention sur la protection animale. Les conventions, ce sont ces petites structures thématiques, mises sur pied par le Front National pour alimenter le débat et nourrir le projet de la candidate. Cette convention répond à une stratégie très politique. 

Alain Juppé tâcle une nouvelle fois Nicolas Sarkozy 

Dans l'hebdomadaire Le Un, Alain Juppé, candidat à la primaire Les Républicains lance une nouvelle attaque contre la frénésie référendaire de l'un de ses rivaux, Nicolas Sarkozy.  "On propose un référendum quand on a une solution à soumettre au peuple, dit Alain Juppé, pas pour lui poser un problème qu'il ne peut résoudre et dont il ne connaît pas les éléments."

 La note du débrief 

franceinfo a choisi de décerner un zéro pointé pour Robert Ménard, maire de Béziers, apparenté FN, qui utilise l'argent de la mairie pour une campagne d'affichage particulièrement nauséabonde. Depuis mardi 11 octobre, sur les panneaux publicitaires du centre-ville, un photomontage grossier a fleuri : des migrants, des hommes, vus de profil, qui encerclent la cathédrale de Béziers.  Et, en toutes lettres, sur l'image, ce message : "Ça y est ils arrivent... Les migrants dans notre centre-ville." Robert Ménard avait déjà fait le coup il y a un an à la une de son journal municipal avec ce titre : "Ils arrivent !". Le message est explicite : migrants = envahisseurs.  C'est une simple "information à la population", se défend Robert Ménard, dont la ville doit gérer non plus 50 mais 90 demandeurs d'asile. Tout devient plus limpide quand on sait que Robert Menard et Marine Le Pen ont repris contact fin septembre. Ménard aimerait beaucoup que le FN soutienne sa femme, Emmanuelle Duverger, et lui donne l'investiture aux législatives. Une énième polémique sur les migrants, ça peut toujours servir... 

Vous êtes à nouveau en ligne