Le débrief politique. Macron envoie ses marcheurs dans le métro parisien

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout ce qu'il ne fallait pas rater dans l'actu politique du mercredi 2 novembre 2016.

Macron mobilise ses cadres

Emmanuel Macron attendra la décision de François Hollande pour se lancer, mais tout est fait pour être prêt le jour J... Samedi 5 novembre, l'ancien ministre réunira les 600 cadres de son mouvement à Paris, pour fixer la feuille de route, les objectifs à atteindre, le team-building... Et une proposition, très originale pour le coup, que ses marcheurs investissent le métro ! Il y a 303 stations à Paris, et déjà plus de 160 comités de soutien dans la capitale... La campagne près de chez vous, sur le quai... L'idée est sur la table.

Retrouvailles à l'Elysée

Ce couple-là, Holland-Valls, s'était quitté sur un gros malaise, la semaine dernière, avec un Manuel Valls affranchi, dans les habits d'un (presque) chef d'Etat, la première dame, Anne Gravoin, à son bras, de Lomé à Abidjan... Et puis il a fallu rentrer à Paris, retrouver le conseil des ministres, les tête à tête avec François Hollande...

"Chacun à sa tâche", a répété le président... "Tout est en ordre", pour le porte-parole Stéphane Le Foll. "Ce sonseil des ministres a été studieux, concentré, avec un président qui préside et un Premier ministre qui gouverne." Mais la poignée de main entre les deux hommes, sur le perron de l'Elysée, a été brève et sans chaleur.

Cette situation entre les deux têtes de l'exécutif durera jusqu'à ce que François Hollande dise s'il est, ou non, candidat, le 15 décembre au plus tard.

Hollande y croit encore

François Hollande y croit, parce qu'il serait le seul à faire le pont entre Mélenchon et Macron, parce qu'il a un bilan à défendre, que la courbe du chômage s'inverse,
parce que "Moi ou le chaos" à gauche, parce que Chirac 2002... Il n'avait plus de souffle, les juges étaient aux portes du palais, mais il a réussi.

Voilà ce qu'on dit dans l'entourage, hyper optimiste, de François Hollande. En 2002, Jacques Chirac a gagné face au FN. L'Elysée n'enterre pas la fameuse théorie du trou de souris.

Valls savoure

Et pendant ce temps là, Manuel Valls, loyal mais franc, boit du petit lait... C'était mercredi, à l'hôtel de ville de Paris, lors de la remise des prix de la laïcité. "Dès qu'on parle de moi et de douceur, je prends... Ma laîcité n'est pas une 'plasticité', elle n'est pas à géométrie variable."

Sarkozy a trouvé son épouvantail

"L'assaut final", comme titre Valeurs Actuelles : l'assaut anti-Juppé lancé par Sarkozy passe par un réquisitoire en règle du "traître" Bayrou, allié de Juppé. "Je ne veux pas que demain la future majorité soit otage de Bayrou", a prévenu mercredi Nicolas Sarkozy, invité du 8h30 Aphatie.

Silence d'Alain Juppé. Pas pressé du tout de clarifier... D'autant qu'il engrange les soutiens : le dernier en date est celui de Valérie Pécresse, président de la région Ile-de-France, qui dirige sa région avec le Modem.

La note du Debrief

Un 17 sur 20 pour Xavier Bertrand, le toujours non aligné président des Hauts de France, pour son sens du mystère... Après Pécresse, il est le dernier baron courtisé pour la primaire. Qui soutiendra-t-il ? "Pas forcément qui vous croyez", dit Xavier Bertrand. Jusqu'au premier tour, il n'y a que des points d'interrogation sur son agenda.

Vous êtes à nouveau en ligne