Le débrief politique. Les socialistes scrutent la primaire à droite pour des raisons inavouables

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout ce qu'il faut retenir de l'actualité politique du jeudi 17 novembre, c'est dans le debrief politique.

Un coup à jouer pour les outsiders de la primaire à droite au dernier débat 

Jeudi 17 novembre, c'est le dernier débat avant le premier tour de la primaire à droite. C'est l'occasion de s'intéresser aux outsiders. Franceinfo vous a tellement parlé du duo devenu trio (Sarkozy, Juppé et maintenant Fillon) que ce soir on innove.  Bruno Lemaire, Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson ; aucun d'entre eux n'est en position de viser la finale mais ils ont tous une carte à jouer.  "C'est un débat décisif pour tout le monde !" explique Bruno Le Maire. D’accord, ça ressemble un peu à de la méthode Coué pour celui qui s’est fait voler la place de troisième homme par François Fillon. Mais il n’a pas tort.

Même si leurs chances de figurer au second tour sont très maigres - et c’est un euphémisme- les quatres outsiders ont beaucoup à gagner dans ce dernier débat.  Pourquoi ? Parce que, certes, l’aventure présidentielle devrait s’arrêter dimanche pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-François Copé, Jean-Frédéric Poisson et, donc, Bruno Le Maire. L'aventure politique, elle, va continuer.  La preuve :  les quatre perdants du premier tour de la primaire de la gauche en 2011 : Jean-Michel Baylet, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg ou Manuel Valls ont tous été, ou sont encore, ministres. Et même Premier ministre et présidentiable aux yeux de certains pour Manuel Valls. 

Donc l’objectif ce soir pour les quatre candidats, ça va être de continuer à marquer leur différence, et surtout de convaincre les électeurs. Plus leur score sera élevé au premier tour, plus ils pèseront sur la suite des événements. 

 La primaire de droite scrutée... à gauche 

La primaire de la droite sera scrutée, évidemment, à gauche, et pour des raisons pas toujours très avouables. Et c'est un élu socialiste de la région parisienne qui nous a mis la puce à l'oreille. Tout juste investi pour les législatives au printemps prochain, il a quelques chances de l'emporter, mais il est aussi maire d'une ville de 44 000 habitants et il entend bien le rester. La loi sur le non-cumul des mandats, est censée entrer en application en juin mais faut-il vraiment s'en préoccuper, puisqu'entretemps la droite a toutes les chances de l'emporter. ?

Oui mais, qui à droite ? Nicolas Sarkozy rétablira le cumul s'il est élu, pas François Fillon ni Alain Juppé. Et c'est une raison de plus pour transformer nos cumulards socialistes en sarkozystes patentés. 

 

Les premiers pas d'Emmanuel Macron candidat à Marseille 

Emmanuel Macron, qui s'est déclaré candidat à la présidentielle mercredi 16 novembre, a fait ses premier pas avec son nouveau costume ce jeudi à Marseille. Journalistes survoltés, profs en colère ; c'était un beau bazar.  Hier, Emmanuel Macron a démissionné de la haute fonction publique. Fini donc le statut de fonctionnaire défendu par François Hollande, qui s'apparente selon l'ex-ministre de l'Economie à une rente de gauche. Depuis Lyon, d'ailleurs, François Hollande a envoyé une petite pique à son ancien protégé. "Le statut de la fonction publique n'est pas monolithique ou immuable comme certains le prétendent" a lancé François Hollande à la tribune. 

Valls se verrait bien candidat lui aussi 

Manuel Valls se verrait bien candidat à la présidentielle et il prend de moins en moins de précautions pour le dire. Il ne s'écoule pas un jour sans carte postale du Premier ministre au président. De bons baisers envoyés aujourd'hui de Berlin. Qui est le mieux placé pour contrer Marine Le Pen ? "C'est celui oçu celle qui permet de préserver le modèle républicain, l'autorité, la laïcité à la Française, la bienveillance, la générosité" a lancé Manuel Valls en forme d'auto-portrait. 

La note du débrief 

C'est un.. allez, 15 sur 20 pour la com' de NKM, fortiche pour les petites videos qui font le buzz au bon moment. Cette fois, dans une vidéo, la candidate à la primaire de la droite remercie Emmanuel Macron de son soutien.

 

Dans le clip, on voit la main de Nathalie qui écrit un mot de remerciements à Emmanuel, avant cette adresse aux électeurs.. "N'attendez pas la copie, dimanche votez pour l'original". C'est bien pensé et ça tombe pile au bon moment.

Vous êtes à nouveau en ligne