Le débrief politique. La très mauvaise journée de Nicolas Sarkozy

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le candidat à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle s'est vu confronté mardi 27 septembre aux révélations d'un livre, au retour d'un carnet libyen et à un nouveau sondage en faveur d'Alain Juppé.

Nicolas Sarkozy a été rattrapé par son "hémisphère droit". C'est ainsi que la presse surnommait Patrick Buisson, conseiller de l'ombre de la présidence Sarkozy. 

Un livre

Le directeur de la chaîne de télévision thématique Histoire, très marqué à droite, règle ses comptes dans un pavé de 500 pages, à paraître jeudi 29 septembre, aux éditions Perrin. Le livre de Patrick Buisson est intitulé "La Cause du peuple" et sous-titré "L'histoire interdite de la présidence Sarkozy".

Les deux hommes n’ont plus de contact depuis février 2014, quand l’hebdomadaire Le Point révèle que Buisson enregistrait sur son dictaphone toutes ses conversations avec le président. Buisson a été écarté, banni, mais il reste nuisible puisque ce livre regorge d'anecdotes qui ne sont pas du tout à l'avantage du candidat à la primaire de droite à la présidentielle de 2017.

Un livre et un carnet

Au livre de Patrick Buisson, s’ajoutent les révélations de Mediapart. Elles concernent un petit carnet qui fait peur. Il appartenait à Choukri Ghanem, ancien ministre de Kadhafi en charge du pétrole. Son corps a été retrouvé noyé en avril 2012 dans le Danube. Choukri Ghanem consignait tout dans son carnet, y compris, d'après Mediapart, une série de trois versements du régime libyen au profit de la campagne de Nicolas Sarkozy, en avril 2007, pour un montant estimé à 6,5 millions d'euros. Claude Guéant est déjà mis en examen dans cette affaire de financement libyen.

Un livre, un carnet et un sondage

Les sondages se suivent et ne se ressemblent pas. Alain Juppé creuse l'écart, selon la dernière enquête Sofres pour Le Figaro. Elle donne des intentions de vote en hausse pour le maire de Bordeaux pour la primaire de la droite et une large victoire en sa faveur au second tour. A droite, un anti-sarkozyste fait ce commentaire : "Il fait du Buisson sans Buisson, et ça ne marche toujours pas."

La primaire à droite sur le front de l’économie

Les candidats ont défilé mardi à la maison de la Chimie, à Paris. Six des sept candidats ont pris la parole devant cinq associations patronales. Et comme d'habitude devant les forces vives de l'économie, c'est François Fillon qui gagne à l'applaudimètre. Il est applaudi mais toujours boudé dans les sondages.

La note du débrief sur la primaire verte : 9/20

La primaire verte se résume à un carré, pour Europe-Ecologie- Les Verts. Quatre candidats s'affrontent mardi 27 septembre sur le plateau des chaînes LCP et Public Sénat. Yannick Jadot, Cécile Duflot, Michèle Rivasi et Karima Delli.

Le débrief politique décerne la note de 9 sur 20 à David Cormand. Le patron d’EELV a bien du mal à mobiliser. Seulement 10 500 votants inscrits ou adhérents pour l'instant. Le compteur devrait plafonner à 12 000, c'est trois fois moins qu'en 2012, lors de la primaire entre Nicolas Hulot et Eva Joly. Et le problème, même David Cormand le reconnaît, sera de rassembler les 500 parrainages pour que le vainqueur soit vraiment candidat. Aux dernière élections régionales, le nombre d'élus a fondu comme neige au soleil.

Il s'agit donc d'une primaire sans garantie de candidat parrainé à la fin. Avec des formulaires papiers qu’il faut poster après avoir payé cinq euros. On espère au moins que c'est du papier recyclé...