Le débrief politique. Déjà un vainqueur pour le débat de la primaire de la droite : les organisateurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout ce qu'il ne fallait pas rater dans l'actu politique du jeudi 3 novembre 2016.. 

Primaire de la droite : les organisateurs comblés

Les débats télévisés de la primaire de la droite ne changeront peut-être pas l'ordre d'arrivée, mais quel coup de pub ! Exemple, le spot diffusé jeudi pour expliquer comment aller voter. Et rebelotte dans 15 jours sur France 2 pour le troisième débat. Depuis le lancement de primaire2016.org, le site a déjà enregistré 1,2 million de connexions d'internautes qui se renseignent pour trouver leur bureau de vote.

Autre chiffre : 58 732... c'est le nombre de bénévoles d'ores et déjà inscrits pour les tenir, ces bureaux : présidents et assesseurs. La barre des 70 000 sera franchie pour le 20 novembre, avec 10 228 urnes sur tout le territoire.

Et si vous n'avez toujours pas compris qu'il y a une primaire à droite, vous pourrez bientôt composer un Numéro vert ! Ouverture de la hotline le 7 novembre.

"D" comme débat, et "P" comme primaire

Deuxième round, on prend les mêmes et on recommence. Avec le 20 novembre en ligne de mire, date du premier tour de la primaire de la droite. Pour les candidats, c'est maintenant ou jamais qu'il faut faire la différence, pousser son avantage ou rattraper son retard...

Le premier débat, très regardé, record d'audience, nous avait laissé une impression de joute courtoise, sept nuances de droite et pas de vrais clivage : tout le monde sur les freins sauf Copé, un Sarkozy tendu sur son pupitre, un Juppé sans faute, mais sans prise de risque...

Sarkozy accélère

Ce jeudi, deuxième débat entre les candidats de la primaire, tout peut être différent. C'est une obligation pour Nicolas Sarkozy, s'il veut renverser la vapeur... Notre sondage Odoxa franceinfo montre que trois quarts des Français pensent que le débat ne lui permettra pas de rattraper son retard sur Juppé. Alors il va jouer son va-tout ! Il a même déjà commencé à abattre ses cartes initialement prévues pour l'entre-deux-tours.

Résultat, une accélération spectaculaire de sa campagne : interview sur franceinfo mercredi matin, la une de Valeurs Actuelles, une tribune mercredi soir sur son compte Facebook pour dire qu'avec Juppé, il n'y aura pas de "changement"...

B comme Bayrou

Pour Nicolas Sarkozy, l'épouvantail s'appelle toujours Bayrou, agité 24 heures sur 24... Bayrou le traître, Bayrou l'intrus, Bayrou et ses hausses d'impôts, sa proportionnelle, ses régularisations de sans papiers... Et tant pis si les raccourcis sont grossiers, c'est le rouge qui tache pour solidifier le noyau dur et faire venir des électeurs FN.

Bayrou conspué, mais Bayrou rescucité : le Modem se porte mieux depuis qu'il est la cible de Nicolas Sarkozy ! Plus de 800 adhésions en 8 jours ont été enregistrées, c'est deux fois plus qu'à l'ordinaire, c'est l'effet primaire pour le Modem et ses 15 000 adhérents revendiqués.

Pendant ce temps-là, Hollande...

François Hollande panse ses blessures. Le terrain, rien que le terrain... Le papillon politique sort enfin de la chrysalide élyséenne, se réjouit son ami Julien Dray. Le terrain en Normandie, jeudi : quatre étapes, trois discours, deux départements traversés, et des cailloux, encore des cailloux pour 2017, comme si de rien n'était.

La note du Debrief

Un 7 sur 20 pour Jean-Vincent Placé. Le secrétaire d’État à la Réforme de l'État et à la Simplification s'est montré un spectateur dissipé... et trop bavard dans les tribunes, en plein match du Masters 100 de Paris-Bercy... Jean-Vincent Placé, amateur de tennis s'est fait recadrer par le joueur suisse Wavrinka... "Oh ! Ça te dérange pas qu'on joue un match ? Non mais sérieux !", a-t-il lancé à Placé. Celui-ci s'est défendu chez nos confrères du JDD : "Effectivement je chuchotais avec Jean Gachassin... C'est un peu comme dans une classe, tout le monde chuchote et on prend celui qui est le plus connu... et c'est moi !"

Vous êtes à nouveau en ligne