Le débrief politique. Après de nouvelles révélations, Fillon dénonce une "entreprise de calomnie"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les suites de l'affaire Penelope Fillon avec les nouvelles révélations du Canard Enchaîné, Benoît Hamon qui consulte et la boulette de François de Rugy. Tout ce qu'il ne fallait pas rater dans l'actualité politique du 31 janvier avec Yael Goosz. 

Nouveau mardi noir pour François Fillon 

Comme la semaine dernière, à la même heure, c'est un palmipède qui fait tourner la tête du candidat Fillon. Le Canard Enchaîné fait de nouvelles révélations ce soir. Ce mardi noir pour le candidat de la droite avait commencé par une image rarissime, sous la Ve république, des policiers qui perquisitionnent dans le Saint des Saints, l'Assemblée nationale. Qu'est-ce qu'on apprend ? Que Penelope Fillon, assistante parlementaire, n'avait ni badge d'accès au Parlement, ni messagerie mail, et que la permanence parlementaire était à domicile, à Sablé-sur-Sarthe. 

Une broutille comparé aux toutes dernières informations publiées dans le Canard Enchaîné. La facture est finalement plus lourde que prévu. Penelope Fillon a été payée plus et plus longtemps. Et les deux enfants Fillon ont été rémunérés à hauteur de 84 000 euros, comme assistant parlementaire, selon le Canard Enchaîné. 

Si on se repasse le film de la semaine, on voit que les incohérences s'accumulent dans la défense de François Fillon à tel point qu'un élu LR a confié à franceinfo : "C'est fini !"  Et malgré tout, parler d'un plan "B" c'est complètement tabou. Mais ça se dit en triple off dans les couloirs de l'Assemblée, et au QG de François Fillon. Les plus fidèles vous disent qu'il faut faire le "dos rond". Pas de plan "B", mais seulement un plan "F" comme Fillon. Il est impossible de dissocier le projet de l'homme qui l'incarne. "Et puis on aurait le choix entre qui et qui ?", ose un élu avec qui j'ai pu échanger : "Un 'déjà condamné', Alain Juppé, ou un "futur condamné", Nicolas Sarkozy ?"  "Ou bien des quadras qui se tirent la bourre ?" "C'est hallucinant ce qui se passe, et j'hallucine comme vous." 

François Fillon contraint de jeter l'éponge, un scénario pas prévu par les statuts 

Posons le scénario du pire, pour François Fillon, pour le remplacer, ça se passe comment ? Rien est écrit, les statuts n'envisagent pas ce cas de figure. Matériellement, on n'a pas le temps de refaire une primaire, alors un vote en bureau politique, validé par le conseil national, un vote des militants ? Mais sur quel profil ? Quels critères ? Chez les partisans d'Alain Juppé, on pense avoir une solution, un plan B : c'est Juppé bien sûr ! Même si le patron a déjà dit : "non".
Alain Juppé, a été légitimé par plus d'un million d'électeurs à la primaire. Son projet est plus doux, il n'a pas de problème avec la Sécu et il pourrait faire la chasse aux électeurs du centre-droit partis chez Macron. Et François Bayrou, ex-allié de Juppé reviendrait naturellement au bercail.

Le Fillon Gate, la gauche ne le commente pas 

"Dire du mal de la concurrence ne vous fait pas réussir" c'est en somme la philosophie du clan Macron. Autour de Benoît Hamon, on estime que la presse et la justice font bien leur travail sur cette affaire. Si François Fillon devait se retirer, ça sert Marine Le Pen et Emmanuel Macron, selon la gauche. 

Le défi du rassemblement pour Benoît Hamon 

L'actualité, c'est aussi le défi auquel doit faire face Benoît Hamon, à savoir le rassemblement. Et ça commence par un tango avec Yannick Jadot. Il faut être deux pour le danser. Pour l’instant, on en est au stade des répétitions. "Y a pas de retrait, c'est une discussion de projet" a explique Yannick Jadot à la sortie de leur entrevue. 

Mercredi 1 er février, François Hollande recevra Benoît Hamon. L’Elysée est extrêmement bienveillant à l’égard du vainqueur de la primaire. Février : "Ça peut être le moment Hamon",  estime un proche de François Hollande. "Macron est seul, Hamon est entouré, c’est le grand frère du PS et il sent l’époque" ajoute-t-il. 

La note du débrief 

François de Rugy,  l'ex-candidat écolo de la primaire socialiste écope d'un 
4 sur 20, pour avoir twitté trop vite.  Pour montrer que lui est transparent avec ses assistants parlementaires,  il a photographié et publié (avant de l'effacer) sur son compte Twitter les feuilles de paie de ses deux collaborateur, et trice. Résultat, on découvre que le collaborateur masculin est payé plus que sa collègue femme, mais le pire, c'est que l'assistant fait moins d'heures que l'assistante. Et pourtant, François de Rugy prône l'égalité hommes / femmes. La transparence, ça peut jouer des tours.

Vous êtes à nouveau en ligne