"Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus" : rejoignez la "Nelken Line" de la chorégraphe Pina Bausch

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque jour, franceinfo vous conseille de la lecture, de la musique, des expos, des séries ou des films.

"Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus" disait Pina Bausch, disparue en 2009. La maxime de la chorégraphe est terriblement d'actualité, en ces temps de coronavirus et de confinement. En attendant de nous retrouver, prenons le temps d'apprendre les pas et gestes de Nelken, pièce créée en 1982, incomprise par beaucoup à l'époque, aujourd'hui au Panthéon de la danse.

La fondation Pina Bausch, qui perpétue une œuvre colossale qui a révolutionné le spectacle vivant entre danse et théâtre, a mis en ligne il y a trois ans un tuto pour apprendre l'un des tableaux emblématiques de Nelken. Nelken, comme les centaines d'œillets plantés sur scène en ouverture du spectacle. Dans la "Nelken Line", les danseurs, en ligne, marchent sur la chanson de Louis Armstrong "West End Blues", en évoquant par leurs gestes les quatre saisons.

Faire simple est parfois ce qui est le plus compliqué

Chez Pina Bausch, tout paraît simple, facile, sa danse, elle l'a imaginée en regardant les gens dans les rues, durant ses voyages. Mais faire simple est parfois ce qui est le plus compliqué. Tout chez Pina Bausch, partait des interprètes. Avec un exigence folle, elle disait l'amour, la colère, le désir, la solitude, le vivre ensemble.

Pour entrer dans son univers, vous pouvez suivre ce tuto de Nelken, en découvrir ses interprétations, à Paris, Athènes, Pérouse ou Persepolis. Vous pouvez aussi voir en VOD les films consacrés à la chorégraphe, dont Un jour, Pina a demandé de Chantal Akerman, dans lequel, un pilier de la compagnie, Lutz Forster explique la méthode de travail de Pina. A voir aussi en VOD, Les Rêves dansants d'Anne Linsel et Pina de Wim Wenders. Même confinés, seul ou à plusieurs, dansez, dansez, sinon, nous sommes perdus.

Vous êtes à nouveau en ligne