Culture d'Info. Le Maisons-Laffitte Jazz Festival en ligne et l'Alhambra de Marseille, cinéma de proximité

Parmi les choix culturels de la rédaction de franceinfo, un festival de jazz qui propose sa dernière édition en ligne et un cinéma marseillais qui s'engage auprès des habitants des quartiers nord.

Chaque jour, franceinfo conseille de la lecture, de la musique, des expos, des séries ou des films.

Des concerts de jazz en ligne

La crise sanitaire a conduit à l’annulation de la quasi-totalité des festivals cet été. Mais certains refusent de baisser les bras. En Île-de-France, le Maisons-Laffitte Jazz Festival a décidé d’organiser une édition en ligne, à laquelle participent les musiciens français qui devaient être programmés cette année.

Sept groupes ont été réunis par le programmateur et musicien Samuel Strouk. C’est lui qui a eu l’idée de transformer l’édition 2020 : "J'ai proposé ça pour être solidaire avec les musiciens, avec tous les professionnels qui travaillent sur ce type d'événements, et pour ne pas manquer le rendez-vous du public."

Je n'avais pas envie de me laisser abattre, et de ne pas proposer quelque chose cette année.

Samuel Strouk, programmateur du Maisons-Laffitte Jazz Festival

Tous ceux qui participent à ce festival digital, musiciens, techniciens, chargé de production, attachée de presse sont rémunérés, mais il a fallu revoir les cachets à la baisse, en l’absence de billetterie et de certains sponsors. 
Parmi les musiciens programmés dans ce festival digital, l’accordéoniste Vincent Peirani est heureux de retrouver la scène après deux mois d’arrêt, même dans ces circonstances inédites : "On se retrouve dans des conditions de concert, mais sans public, avec des distances imposées même sur scène, des repères changés, une énergie différente. Ce qui est génial, c'est de se retrouver pour partager de la musique sur scène."

Les concerts, complétés par des bonus, seront diffusés du 12 au 21 juin gratuitement sur le site du festival.

Le Maisons-Laffitte Jazz Festival en ligne : recommandé par Anne Chépeau
--'--
--'--

Cinéma et fabrication de masques

Les cinémas vont rouvrir à partir du 22 juin. Mais dans quelles conditions, avec quels films, pour quels spectateurs ? Beaucoup de questions en suspens, après un arrêt brutal inédit. Certaines salles, comme l'Alhambra dans les quartiers nord de Marseille, ont voulu garder un lien avec leur public pendant le confinement.

Ce cinéma d'art et d'essai mène un travail de fond, dans des quartiers populaires où la crise sanitaire a vite engendré une crise humanitaire. "On a senti autour de nous l'émergence d'une crise humanitaire, donc une nécessité de se mobiliser, raconte William Benedetto, le directeur de la salle. On a proposé que l'Alhambra accueille tous les matins des petits groupes avec des machines à coudre pour fabriquer des masques. Cela a donné du sens, et reflété l'ancrage de notre salle de cinéma."

On ne va pas tout sauver avec la culture. Mais la culture a un rôle à jouer pour essayer de rebâtir les fondations d'une société, pour définir ce qui nous est commun.

William Benedetto, directeur de l'Alhambra

L'Alhambra accueille chaque année 7 000 jeunes, de la maternelle au lycée, qui découvrent dans ce cinéma ce à quoi ils n'ont pas accès autrement. À partir du 22 juin et durant l'été, le lieu va faire ce qu'il fait en temps normal : accueillir ce public. Sans savoir encore avec quels films l'Alhambra va rouvrir, son directeur a bien l'intention de faire de ce moment une fête.

L'Alhambra de Marseille : reportage de Thierry Fiorile
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne