franceinfo conso. Un pesticide cancérogène dans des graines de sésame

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des graines de sésame contaminées par un pesticide interdit en Europe, l'oxyde d'éthylène. Des dizaines de produits alimentaires sont concernés par cette contamination de 268 tonnes de sésame, conventionnel ou bio, en provenance d’Inde, selon l'enquête du magazine "60 Millions de consommateurs". 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Selon le magazine 60 Millions de consommateurs, "la Commission européenne informe que 34 lots de sésame sont concernés par cette contamination à un pesticide interdit en Europe, représentant un total de 268 453 kg de graines de sésame provenant de différents exportateurs indiens". Ces lots de sésame présenteraient des teneurs en oxyde d’éthylène d'une valeur 3 500 fois plus élevée que la limite maximale de résidus pour ces graines de sésame. Des précisions avec Benjamin Douriez, du magazine 60 Millions de consommateurs. 

franceinfo : De quoi s’agit-il ?

Benjamin Douriez : C’est un problème qui a été détecté au mois de septembre, en Belgique. On a décelé, dans du sésame importé d’Inde, des teneurs très élevées d’un pesticide problématique, l’oxyde d’éthylène. On a enregistré des teneurs plusieurs centaines, voire des milliers de fois supérieures à la limite autorisée. Donc depuis, progressivement, les professionnels de l’industrie agroalimentaire, dans toute l’Europe, retracent l’utilisation de ce sésame contaminé. Et les produits dans lesquels il a été utilisé sont progressivement rappelés.

Cela concerne beaucoup de produits ?

Oui, énormément. Plus de 250 références différentes au dernier décompte. Bien sûr, on trouve des paquets de graines de sésame, de la purée de sésame, mais pas seulement. Le sésame est utilisé dans beaucoup de produits différents : on a analysé la liste des rappels, à 60 Millions de consommateurs. La catégorie de produits la plus présente dans ces rappels, ce sont des pains (vendus frais ou surgelés) ; la deuxième ce sont les biscottes. On n’y pense pas forcément, mais dans des biscottes standard, il peut y avoir du sésame, sans que cela soit beaucoup mis en valeur sur les paquets. Et de nombreux biscuits sucrés ou salés.

On trouve pas mal de produits bio aussi, c’est surprenant ?

Effectivement, là aussi, on a fait le décompte, 49% des produits rappelés dans cette affaire, donc la moitié sont des produits bio. C’est vrai qu’on trouve pas mal de produits au sésame dans les rayons bio. Mais ça montre que les produits bio ne sont pas à l’abri de problèmes de non-respect des normes en vigueur – tout comme les produits conventionnels. 

Comment procéder pour faire le tri dans ses placards ?

Il faut consulter la liste des produits rappelés. On la trouve sur le site de la répression des fraudes de façon exhaustive, ou sur celui de 60 Millions de consommateurs avec les photos des produits concernés. Mais attention à ne pas se contenter du nom du produit : si vous avez un produit qui figure dans la liste, vérifiez aussi le numéro de lot. Certains lots d’un produit peuvent être rappelés, d’autres pas.

Et si j’ai consommé du sésame contaminé, dois-je m’inquiéter ?

La substance en cause n’est pas anodine. Elle est classée cancérigène, mutagène, c’est-à-dire pouvant causer des anomalies génétiques. Mais il semble, même si on manque un peu d’information du côté des autorités françaises, que le risque concerne surtout une consommation prolongée et en quantité. Pour une consommation en plus petite quantité, il n’y a pas de danger aigu à déplorer – c’est en tout cas ce qu’écrivent les autorités sanitaires belges, qui ont mis à jour le problème.

Il y a des précédents ?

Cette affaire du sésame contaminé fait penser à d’autres affaires, comme ce qu’on avait appelé les "œufs contaminés au fipronil", à l’été 2017. Cet insecticide, avait été utilisé frauduleusement dans des élevages. Cela avait conduit à retirer des magasins de nombreuses marques de gaufres, de biscuits. Et il y avait eu bien sûr le scandale des "lasagnes à la viande de cheval", en 2013. Là, il n’y avait pas de risque sanitaire avéré, mais une tromperie. On avait retiré des rayons plusieurs dizaines de références, à l’époque.

Plus globalement, comment on se tient au courant des rappels de produits ?

C’est vrai qu’il y en a toute l’année, on n’en parle pas forcément dans les médias. Cela fait partie des choses que nous suivons, à 60 Millions de consommateurs. Avec une rubrique dédiée sur notre site, Alerte produits. On relaie tous les rappels, les produits qu’il ne faut plus utiliser ou consommer, quelle que soit la cause. Récemment, un lot de magret de canard contaminé par des salmonelles, ou dans un genre différent, un modèle de chauffage électrique qui présente un risque de court-circuit.  

Vous êtes à nouveau en ligne