franceinfo conso. Fibre optique : le déploiement de l’internet ultra rapide

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Avec le magazine "60 Millions de consommateurs", "franceinfo conso" évoque aujourd'hui la question de la fibre optique et de son déploiement, sujet pour le moins polémique pour les utilisateurs, qui parfois ont du mal à l'obtenir, soit sont souvent peu satisfaits de leur installation. Les plaintes explosent. 

Le gouvernement souhaite que l’Internet ultra rapide avec la fibre optique soit un service universel à l’horizon 2025.  On en parle aujourd'hui avec Benjamin Douriez qui a enquêté pour le magazine 60 Millions de consommateurs.       

franceinfo :Ce qui est sûr c’est que le confinement de mars 2020 a été un révélateur, un accélérateur des besoins ?   

Benjamin Douriez : Oui, on le ressent encore aujourd’hui, dans de nombreux foyers. Quand il y a un, voire deux adultes en télétravail, parfois un ado qui suit des cours en ligne ou regarde des vidéos, les connexions traditionnelles, les connexions ADSL, qui passent par le "vieux" réseau téléphonique, montrent leurs limites. La fibre optique apparaît comme LA solution. Elle offre un débit beaucoup plus rapide donc permet des usages en simultané sans ralentissements.         

Et est-ce que le déploiement va aussi vite que la demande ? 

Pas forcément, hélas. Le déploiement se poursuit, c’est un chantier de très longue haleine. Aujourd’hui, grosso modo, une bonne moitié des Français peut y avoir accès. Cela progresse de façon régulière, entre 1 million et 1 million et demi de logements supplémentaires chaque trimestre deviennent éligibles. Mais il y a des grandes inégalités territoriales, on s’en doute. En Île-de-France, région très urbanisée, on approche les 90% d’habitants qui ont accès à la fibre. Dans d’autres régions, comme la Bourgogne-Franche-Comté, la Bretagne, la Corse, on est plutôt autour de 30 à 35%.   

Ça veut dire que les opérateurs ont encore du pain sur la planche pour atteindre les objectifs du gouvernement ?

L’objectif officiel, c’est que 80% des Français aient accès à la fibre fin 2022, donc dans un peu plus d’un an et demi. Et 100%, tout le monde, en 2025. Ce ne sera pas du tout évident d’y parvenir, car les opérateurs ont déjà couvert les zones les plus faciles à couvrir, le cœur des villes, petites ou grandes. Il reste les zones où l’habitat est moins dense.   ·

Aller vite c’est bien, le problème c’est qu’il y a apparemment de plus en plus de problèmes de raccordement ?  

C’est un type de plaintes qui est en train d’exploser dans les messages que l’on reçoit à 60 Millions de consommateurs. D’où cette enquête qu’on y consacre dans notre magazine de ce mois-ci. Il faut savoir que pour être raccordé à la fibre la première fois, la visite d’un installateur est nécessaire, pour dérouler les derniers mètres de câble entre le boîtier fibre qui est au bas de l’immeuble, ou dans la rue, jusqu’à votre salon. Et là, ça peut coincer pour des tas de raisons : le technicien ne se présente pas au rendez-vous, il n’arrive pas à faire passer le câble… C’est plus fréquent qu’on ne le pense.   

Et ce qui est surprenant, c’est que parfois on ne peut pas être raccordé alors que le voisin de l’autre côté de la rue l’est parfaitement. Comment on peut expliquer ça ?

Parfois, il y a des erreurs dans les fichiers de déploiement : votre logement n’est pas correctement référencé, ça bloque le raccordement. Ou parce que l’installation du quartier a été sous-dimensionnée. Et dans certaines situations, il peut y avoir besoin de travaux particuliers, au frais du consommateur.   

Et puis parfois, l’installation peut entraîner des dégâts ? 

On pourrait faire un bêtisier avec les photos de travaux mal réalisés que nous envoient les lecteurs de 60 Millions de consommateurs. Un trou fait n’importe comment dans un mur, un câble qui est laissé en train de pendre dans un coin… Voire un dégât collatéral sur un autre branchement électrique. Certains installateurs, heureusement c’est minoritaire, sont peu soigneux. Il faudra réclamer la prise en charge des éventuels dégâts à l’opérateur ensuite.   

Du coup quels sont les principales choses à savoir avant de s’abonner ?

D’abord, il faut parfois faire le tour des fournisseurs. Il arrive qu’un fournisseur propose la fibre pour votre zone, mais pas les autres. Surtout dans les zones en dehors des grandes villes, là où les réseaux sont déployés sous l’égide des collectivités locales. Et puis la fibre n’a pas que des avantages : l’abonnement est souvent un peu plus cher qu’en ADSL.   

Au niveau du rapport qualité/prix justement, quels sont les conseils de votre magazine ?

Il y a différentes gammes d’offres de fibre optique. D’abord, en terme de débits, les premières offres proposent une connexion à 300 ou 400 mégabits par seconde. C’est largement suffisant pour une famille. Pour éviter que la facture s’envole, essayez de trouver des offres qui n’ont pas de bouquet de télévision, ou un bouquet limité, cela peut permettre de maintenir le tarif sous les 30/35 euros par mois.   

Et si tout fonctionne, la fibre c’est vraiment un plus ?

Indéniablement. Pas de ralentissements si on est plusieurs connectés en même temps. On a accès sans souci à des vidéos en haute définition. Et aussi, le débit est aussi élevé quand on envoie des données. En ADSL, le débit d’envoi est toujours plus faible que le débit de réception. Pas en fibre. Cela compte par exemple si on envoie de lourds fichiers.     

Vous êtes à nouveau en ligne