Royaume-Uni, Autriche, Japon : comment s'organisent les campagnes de vaccination contre la grippe ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Dans Le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir tout ce qui se fait ou se passe ailleurs dans le monde. Ce mardi, direction Londres, Vienne et Tokyo où l'on veut éviter que la grippe ne vienne saturer les hôpitaux, mobilisés par l'épidémie de Covid-19.

En France, la campagne nationale de vaccination contre la grippe débute mardi 13 octobre. Le ministère de la Santé espère que les personnes vulnérables se feront vacciner massivement pour éviter d'engorger les hôpitaux déjà très sollicités par l'épidémie de Covid-19. Et ailleurs dans le monde, comment se prépare-t-on au retour de cet autre virus ? franceinfo vous emmène en Grande-Bretagne, en Autriche et au Japon.

Les pharmacies et médecins britanniques débordés

Au Royaume-Uni, c’est la ruée vers le vaccin contre la grippe. La campagne a commencé depuis plusieurs semaines et les pharmacies ont déjà fermé leurs services de réservation en ligne. Elles vaccinent désormais uniquement les personnes considérées à risque et les délais s’allongent dangereusement. On ne parle pas encore de pénurie mais toutes les demandes ne sont pas satisfaites, pour le moment en tous cas.

Les médecins traitants ont écrit au ministre de la Santé, inquiets de ne pas pouvoir répondre à cette affluence. Il y a parfois une liste d'attente de deux mois pour recevoir l'injection, notamment en Irlande du nord et au Pays-de-Galles. Les plus de 65 ans, les femmes enceintes, les personnes souffrant de pathologies particulières et le personnel soignant sont en théorie prioritaires mais même eux n’y ont pas automatiquement accès rapidement.


Le gouvernement britannique est donc revenu sur ses promesses de l’été. Fin juillet, le Premier ministre déclarait qu'il souhaitait que toute la population se fasse vacciner contre la grippe et avait promis que 30 millions de doses seraient disponibles. "Puisque nous avons toujours le spectre du Covid, si tout le monde peut se protéger de la grippe cet automne et cet hiver, cela protégera aussi le système de santé", avait expliqué Boris Johnson. Il avait, dans le même temps, annoncé que le vaccin serait gratuit pour les plus de 50 ans. Or cette mesure ne devrait entrer en vigueur qu'au mois de janvier. Le gouvernement assure, par ailleurs, qu’il y aura un nouvel approvisionnement pour faire face à l’engouement des Britanniques pour la vaccination cette année.


En Angleterre et en Écosse, les centres de test mis en place pour le Covid-19 sont utilisés pour vacciner contre la grippe. Cela se passe notamment par drive-in : le patient reste dans votre voiture et doit simplement sortir son bras par la fenêtre pour recevoir la piqûre. C’est rapide et cela permet de limiter les risques de contamination au coronavirus. Mais malgré l'efficacité du système, le problème reste le même : il n'y a pas assez de doses de vaccin pour satisfaire la demande inédite.

En Autriche, on peut se faire vacciner dans un tram

La ville de Vienne a elle aussi lancé une campagne de vaccination gratuite contre la grippe. La particularité du dispositif mis en place dans la capitale autrichienne est que les habitants peuvent venir se faire vacciner dans un tramway. Depuis le 1er octobre, les Viennois sont invités à prendre rendez-vous en ligne ou par téléphone et se rendre ensuite dans les 600 cabinets médicaux partenaires ou dans un des centres de vaccination mis en place par la municipalité. L'un des ces centres a pris ses quartiers dans un tramway, un vrai tram viennois stationné à différents endroits de la ville, selon les jours.

Le but est d’inciter un maximum d’habitants à se faire vacciner pour éviter que les médecins et hôpitaux, déjà mobilisés par le Covid-19, ne soient débordés. Le taux de vaccination contre la grippe est de 8% à Vienne et la mairie entend tripler ce chiffre pour atteindre les 3 000 vaccinations par jour. Les personnes âgées, celles atteintes d’une maladie chronique, le personnel médical et les enfants sont les principales cibles de cette campagne.

>>> En Inde, en Autriche et en Tunisie, quel est l'impact du Covid-19 sur le secteur du tourisme ?

L’image du tramway transformé en centre de vaccination a marqué les esprits grâce à la publicité faite autour de cette campagne. Les médias, notamment, en ont beaucoup parlé. 70 000 personnes se sont enregistrées pour se faire vacciner à Vienne, qui compte 1,8 million d'habitants. Johann l'a fait lundi 12 octobre dans ce fameux tramway : "Je trouve l'idée amusante et c'est très flexible car le tramway se déplace, il y a ainsi plusieurs lieux très centraux où on peut se faire vacciner. Moi je le fais de manière irrégulière mais je pense qu'en période de coronavirus,c’est important ! Et quand il y a une offre comme celle-ci, c'est plus simple, plus rapide et plus commode." Le tramway centre de vaccination sera en place jusqu’au 13 novembre mais la campagne, elle, continue jusqu’au mois de mars.

Le Japon, prêt à vacciner la moitié de la population

Malgré un climat quasiment estival, la ville de Tokyo se prépare déjà activement à contrer la grippe saisonnière pour éviter deux épidémies concomitantes alors que le pays lutte déjà contre le Covid-19. La campagne de vaccination contre la grippe a débuté le 1er octobre pour les plus de 65 ans, qui représentent près de 30% de la population. À partir du 26 octobre, la priorité sera donnée aux enfants, aux femmes enceintes ainsi qu'aux personnes fragilisées par une autre pathologie.

Cette année, en raison du Covid-19, le gouvernement japonais s’attend à un afflux plus important. Il a prévu des doses pour la moitié de la population, soit plus de 63 millions d’individus. C’est 12% de plus que l’an passé. Les Japonais sont plutôt enclins à se faire vacciner contre la grippe. Même les précédentes années,  il fallait prendre rendez-vous et attendre plusieurs jours. La grippe fait néanmoins des victimes et touche dix millions de personnes par an au Japon.

Pas de vaccin obligatoire

Au Japon aucun vaccin n’est légalement obligatoire. Et pourtant, pour tous les vaccins les plus courants, les taux de vaccination frôlent les 100%, soit un des taux les plus élevés du monde selon l’Organisation mondiale de la santé. Malgré le caractère facultatif de ces vaccins, les parents qui ne vaccinent par leurs enfants sont rappelés à l’ordre très régulièrement par les crèches et écoles. 

Il faut donc se méfier de fausses informations qui circulent sur les réseaux sociaux, hors du Japon, affirmant que les enfants japonais sont les plus sains au monde sans être vaccinés. Il n'en est rien. La plupart d'entre eux sont vaccinés même si ce n’est pas une obligation légale. Le seul vaccin pour lequel il existe de fortes réticences au Japon est celui contre le virus responsable du cancer du col de l’utérus, en raison de cas très médiatisés d’effets secondaires.

Vous êtes à nouveau en ligne