Le Clasico. Remettre à zéro les records d'athlétisme : "un vieux serpent de mer"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Lutte contre le dopage en athlétisme et attribution de la demi-finale de Coupe Davis étaient au menu du Clasico mardi soir. 

Athlétisme : tout remettre à zéro ? 

L'EAA, la Fédération européenne d'athlétisme, envisage de remettre à zéro tous les records d'Europe pour répondre aux doutes subsistant autour de certaines performances. "C'est une solution radicale, c'est certain, a reconnu le président de l'EAA, Svein Arne Hansen. Mais les amoureux de l'athlétisme sont fatigués des doutes qui planent sur nos records depuis trop longtemps. Nous avons besoin d'une action décisive pour restaurer la crédibilité et la confiance." La mesure sera étudiée en août 2017 par la Fédération internationale. 

"C'est un serpent de mer" a estimé Vincent Pellegrini, journaliste au service des sports de franceinfo. "On dit régulièrement qu'il faut revoir les records du monde, d'Europe. C'est une idée qui peut être jugée bonne mais qui est difficile à appliquer : à partir de quels moments ? Il y a beaucoup de problèmes concrets à régler." a-t-il estimé. 

La demi-finale de Coupe Davis attribuée à Lille

Le stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d'Ascq, à côté de Lille, accueillera la demi-finale de la Coupe Davis entre la France et la Serbie en septembre prochain. Le stade sera transformé en enceinte capable d'accueillir plus de 27 000 spectateurs par le soulèvement d'une moitié de la pelouse utilisée habituellement par le LOSC.

Lille était en concurrence avec Marseille. Trancher entre ces deux possibilités fut "un véritable dilemme", a confié le président de la FFT Bernard Giudicelli. Il a rappelé "la passion" de la cité phocéenne et "la volonté de jouer au Vélodrome" mais a également évoqué "une raison très sportive" qui a fait pencher la balance en faveur de Lille : l'OM, sixième en Ligue 1 avec six points d'avance sur son poursuivant immédiat, est en passe de jouer l'Europa League. L'éventuelle tenue d'un match européen mi-septembre ne donnait "pas l'assurance d'accueillir la rencontre" de Coupe Davis.

Pierre Repellini, trésorier du syndicat des entraîneurs, et vice-président de la LFP, invité du Clasico a également rappelé un détail pratique : "Il y a un toit à Lille, et ça peut permettre en cas d'intempéries de jouer tranquillement."