Le Clasico. Johann Zarco : "On a prouvé que la moto était bonne, et le pilote aussi"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités du Clasico ont pu suivre mercredi la qualification des Parisiennes en demi-finales de Ligue des champions. Ils ont également évoqué le match houleux entre le Sénégal et la Côte d'Ivoire mardi, à Paris. Parmi eux, le pilote français de moto Johann Zarco. Il est revenu sur sa première course en MotoGP dimanche, au Qatar. 

Johann Zarco débarque en MotoGP

Le pilote français de moto Johann Zarco était l'invité du Clasico mercredi 29 mars. Professionnel depuis 2009, il est récemment passé en MotoGP, la catégorie reine, après avoir été sacré champion du monde en 2015 et 2016 en Moto2. Il a participé dimanche 26 mars au Grand Prix du Qatar, où il a chuté après avoir mené la course pendant six tours. "Je m'attendais à ce que Zarco soit fort, mais pas à ce point" a notamment confié Valentino Rossi, neuf fois champion du monde.

Je cours avec mon idole ! 

Johann Zarco

à franceinfo

Malgré sa chute et l'abandon qui a suivi, Johann Zarco s'est dit "heureux d'avoir mené la course, pour un premier départ dans cette catégorie, avec une nouvelle moto, et de nouveaux pneus". "Il faut savoir s'adapter et prendre la mesure" a-t-il confié. Johann Zarco est parti quatrième le jour de la course, "C'était déjà signe de bons essais pendant la semaine." Dominer le circuit pendant six tours lui a permis de "se débloquer psychologiquement". Il vise "la cinquième ou la sixième place" pour les prochaines courses. "On a prouvé que la moto était bonne, et le pilote aussi" a-t-il conclu.

Incidents au stade Charléty

Le Sénégal et la Cote d'Ivoire se sont rencontrés mardi 28 mars à Paris, au stade Charléty, pour un match amical. Mais le jeu a été interrompu à la 88minute par des incidents et un envahissement de terrain. "Les organisateurs ont failli." a regretté Jérôme Bureau, journaliste invité du Clasico. "Les gens se sont installés dans des tribunes normalement pas ouvertes. Ils sont rentrés plusieurs fois sur le terrain." Avant de nuancer : "Ils n'étaient pas agressifs, voulaient faire des selfies sur le terrain. C'était une ambiance bonne enfant."  Il a critiqué l'arrêt du match deux minutes avant la fin du temps réglementaire : "L'arbitre aurait peut-être pu siffler la fin du match, et l'on serait passé à autre chose."

Les organisateurs ont été dépassés par les événements. On ne peut plus organiser de matchs sans prendre toutes les précautions. 

Stéphane Bitton, rédacteur en chef à foot123.fr.

à franceinfo

"C'est compliqué" d'organiser de tels matchs "quand il n'y a pas assez de stadiers et de force de police" a complété Stéphane Bitton, rédacteur en chef à foot123.fr. "Forcément, la Fifa ne laissera pas passer ça" a-t-il souligné, tout comme Philippe Bruet : "La Fifa est en enquête", elle risque "de sanctionner" le Sénégal et la Cote d'Ivoire.

Les Parisiennes en demi-finales de la Ligue des Champions

Les joueuses du Paris-Saint-Germain se sont hissées mercredi 29 mars dans le dernier carré de la Ligue des Champions. Après avoir perdu le match aller un but à zéro, elles se sont qualifiées pour les demi-finales quatre à zéro contre le Bayern de Munich. C'est la troisième fois en trois ans que les Parisiennes atteignent ce stade de la compétition. Elles affronteront en demi-finales le FC Barcelone.

Les joueuses du PSG ont également battu le record d'affluence pour un match de football féminin lors de cette rencontre : 13 974 personnes étaient présentes au Parc des Princes, alors qu'elles en foulaient l'herbe pour la quatrième fois seulement de leur histoire.