Le Clasico. Arbitrage vidéo : "La révolution est en marche, le foot a changé !"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités du Clasico sont revenus mardi sur l'utilisation de l'arbitrage vidéo lors des matchs de football. Ils ont également évoqué l'avenir de l'équipe nationale espagnole ainsi que celui de Lionel Messi, suspendu par la Fifa pour insultes contre un arbitre. 

Arbitrage vidéo

Pour la première fois en France, l'arbitre central a été assisté de la vidéo lors du match amical entre la France et l'Espagne mardi 28 mars. Il avait la possibilité d'interrompre le jeu en cas de doute, pour revoir l'action sur une tablette. L'objectif est de tester cette technologie d'ici la coupe du Monde de 2018.

Pour Bruno Salomon, journaliste à France Bleu Paris, "La révolution est en marche. Enfin ! Le foot est à la traîne sur l'arbitrage vidéo. Le foot a changé. Il y 60 millions de sélectionneurs en France, les matchs sont multi-diffusés, il y a des caméras partout, on voit les erreurs. Il faut aider un homme, seul sur un terrain." Joël Szpindel, réalisateur à France Bleu Paris, est "partagé." "L'arbitre va pouvoir être tenté à chaque fois de se justifier par la vidéo."

Pour Abdellah Boulma, journaliste à Beur FM, l'arbitrage vidéo est devenu nécessaire : "L'arbitre est sous pression aujourd'hui. Les enjeux financiers ne sont plus du tout les mêmes que dans les années 80 ou 90. L'arbitre est sans arrêt montré du doigt et les arbitres de touche ne suffisent plus." Bilal Nedman, journaliste à Radio VLa complété ses propos : l'arbitrage vidéo pourrait "régler une grosse partie des erreurs arbitrales"... et "mettre un terme aux simulations" a conclu Bruno Salomon, journaliste à France Bleu Paris.  

L'Espagne 10e au classement Fifa

La sélection espagnole a dominé l'Europe et le monde entre 2008 et 2012 en remportant les principales compétitions internationales. Mais en 2014, les Espagnols se font éliminés au premier tour du Mondial, puis en huitième de finale de l'Euro en 2016. Certains joueurs emblématiques comme Xavi, Xabi Alonso ou Iker Casillas sont également partis à la retraite. L'équipe d'Espagne semble traverser une mauvaise passe.

Mais Joël Szpindel, réalisateur à France Bleu Paris, a rappelé que les Espagnols restaient "invaincus depuis sept matchs". "Ils ont des joueurs clés comme Ramos, qui tient la défense." Il a également souligné que le nouveau sélectionneur, Julen Lopetegui, "incorporait des jeunes". "Tout ça finit par prendre." a-t-il conclu. 

On n'a pas fini d'entendre parler de l'Espagne

Joël Szpindel, réalisateur à France Bleu Paris

à franceinfo

Et Les Espagnols peuvent toujours compter sur certains joueurs plus anciens, pour instaurer des "rapports de force" lors de gros matchs, a ajouté Bruno Salomon, journaliste à France Bleu Paris. "À un an de la Coupe du monde, Piqué, Ramos, Iniesta sont sur le terrain. Les cadres sont là."

Messi suspendu

Lionel Messi a été suspendu par la Fifa pour quatre rencontres après avoir insulté les arbitres face au Chili, jeudi 23 mars. Il était donc absent lors du match contre la Bolivie, mardi 28 mars, et le sera contre l'Uruguay, le Venezuela et le Pérou. Outre sa suspension, il a été condamné à une amende de 10 000 francs suisses, soit environ 9 000 euros. Son équipe, l'Argentine, a fait appel. 

Vous êtes à nouveau en ligne