Covid-19 : la course mondiale au vaccin

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le laboratoire américain Pfizer, associé à l'allemand BioNtech, a annoncé hier que son vaccin actuellement en phase de test était efficace à 90 %. Contre la pandémie de Covid-19, la course contre la montre est engagée dans le monde entier.

Aux Etats-Unis, de premières doses de vaccin disponibles avant la fin de l’année ?

Il va d’abord falloir que la FDA, l'agence américaine du médicament, donne en urgence son feu vert à la commercialisation de ce vaccin, puis Pfizer estime qu’il arrivera à produire entre 30 et 40 millions de doses avant la fin de l’année. Sachant qu’il faut deux injections, à trois semaines d’intervalle, cela permettrait de vacciner entre 15 et 20 millions de personnes aux Etats-Unis.
Les personnels de santé et les populations "à risque" devraient être les premiers à bénéficier de la vaccination.

Pfizer estime que son vaccin est efficace à 90% , ce qui est un pourcentage très élevé, beaucoup plus par exemple que le vaccin contre la grippe. Si tout se passe comme prévu, les autorisations, les premières distributions, le laboratoire américain dit qu’il est capable, avec son partenaire allemand BioNTech, de produire 1,3 milliard de doses par an.

La lutte contre l'épidémie, priorité de Joe Biden

Les Etats-Unis viennent de franchir la barre symbolique des 10 millions de cas de coronavirus et comptent plus de 237 000 morts. Alors le président sortant Donald Trump, qui avait promis un vaccin avant la présidentielle, a salué une excellente nouvelle, le président élu Joe Biden voit dans l’annonce de Pfizer "un signe d’espoir".
Biden a annoncé que la lutte contre l’épidémie serait sa priorité, avec la mise en place d’un plan dès son premier jour à la Maison Blanche. Dans son discours de victoire samedi soir, il a dit qu’il comptait mettre 25 milliards de dollars sur la table pour aider la recherche, et promis aussi que bientôt  tous les Américains auraient accès à un vaccin gratuit.

En Chine, vaccinations depuis l'été dernier

Avec trois entreprises et quatre candidats vaccins en phase 3, la dernière phase de test, la Chine est bien partie pour avoir vaccin efficace et prouvé d’ici la fin de l’année ou le début de l’année prochaine. 

La Chine est en avance pour deux raisons : d’abord, parce que c’est là qu’a émergé le virus, et Wuhan et ses environs ont été durement frappés. Les autorités et les laboratoires se sont donc lancés dans la course au vaccin très tôt, dès fin janvier, avec des moyens importants. Ensuite, les laboratoires chinois ont choisi des méthodes plutôt éprouvées, notamment le virus inactivé : cela consiste à cultiver le virus et à le tuer, pour provoquer une réaction du système immunitaire. 
 

Vaccination des étudiants, diplomates et businessmen qui partent à l’étranger

Depuis l’été, deux vaccins sont injectés à des personnes prioritaires : militaires, diplomates, et plus récemment, étudiants, commerciaux, tous ceux qui doivent voyager à l’étranger. 
Et depuis fin octobre, dans quelques villes à proximité de Shanghai, le grand public a même pu faire la queue pour se faire vacciner, sans avoir à se justifier. L'expérience n’a pas duré très longtemps, parce que le nombre de doses était limité à quelques milliers, mais la Chine se montre très confiante de l’efficacité de ses vaccins.

En Russie, deux vaccins en phase de test

La vaccination de volontaires a commencé en octobre. Pour Moscou, la production de ce vaccin baptisé Spoutnik V est déterminante. Il s’agit pour les autorités de montrer qu’elles disposent des technologies et du savoir-faire nécessaires pour produire un vaccin. Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, les géants de l'industrie pharmaceutique mondiale regardent leurs homologues russes avec une certaine condescendance. Ce vaccin est l’occasion de replacer la Russie sur la carte mondiale de la recherche, un peu comme le pays a fait son retour sur la scène internationale.

C’est l’institut de recherche en épidémiologie et en microbiologie Gamaleya à Moscou qui a développé Spoutnik V, en coopération avec le ministère de la Défense. Une demande pour un enregistrement accéléré et une pré-qualification du vaccin est en cours auprès de l’OMS. L’objectif des Russes est clairement de rendre leur vaccin accessible au plus grand nombre dans les meilleurs délais. Depuis le mois de novembre, un autre vaccin est entré dans la phase d’essais cliniques. Il est développé par un ancien laboratoire secret dénommé Vektor en Sibérie, créé à l’origine pour préparer une guerre bactériologique.

Objectif : vaccination générale d'ici septembre 2021

On devrait obtenir très prochainement les résultats de la phase 3 des tests opérés sur 40 000 volontaires. Il s'agit principalement de personnels de santé. La vaccination de la population doit commencer en janvier et les autorités estiment que l’ensemble de la population pourrait être vaccinée d'ici septembre 2021.

Vous êtes à nouveau en ligne