Réforme des retraites : des députés marcheurs prêts à défendre l'idée d'un partage des points entre conjoints

Le rapport sur la réforme des retraites sera remis au gouvernement en juillet et le projet de loi présenté à la fin de l'été, comme l'a précisé le Premier ministre à l'issue du séminaire gouvernemental.

C'est une idée qui plaît à certains députés de La République en marche. Il s'agit de réduire les inégalités entre les femmes et les hommes en donnant la possibilité au couple de partager leurs points retraite. L'un d'entre eux, membre de la Délégation aux droits des femmes de l'Assemblée nationale, nous a confié son intention de la défendre auprès de Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire chargé de mener la réforme. Aura-t-il le soutien de ses collègues ? "Tout ce qui peut permettre plus de liberté individuelle est une bonne idée", assure à franceinfo un poids lourd de la majorité.

Au cabinet de Jean-Paul Delevoye, on confirme que cette idée d'un partage des points "est ressortie de la consultation citoyenne sur les retraites", mais on reste très prudent : "Ce n’est qu'une piste de réflexion parmi d'autres." Le haut-commissaire lui-même avait évoqué cette possibilité à l'automne devant la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

La phrase du jour

Elle est signée Gérard Larcher. Le président Les Républicains du Sénat tacle Emmanuel Macron ce matin dans Le Parisien / Aujourd'hui de France. Après les annonces du président de la République jeudi soir, Gérard Larcher "ne sent ni vision, ni souffle, ni stratégie qui permettrait de réparer les fractures qui touchent le pays", même s'il reconnaît avoir "entendu des propositions intéressantes".

La note du brief

La note de l'union face à l'extrême droite pour des opposants de quatre villes du Sud de la France. Des conseillers ou anciens conseillers municipaux venus des Républicains, de La République en Marche, ou sans étiquette. Il s'agit de Christophe André à Beaucaire, Françoise Cauwel à Fréjus, Pascal Resplandy à Béziers, Clotilde Ripoull à Perpignan. Ils se réunissent officiellement au sein d'une alliance intitulée "Alternatives Républicaines" avec pour objectif les municipales de 2020.

Vous êtes à nouveau en ligne