Présidentielle 2022 : les soutiens d'Emmanuel Macron priés de défendre la politique sanitaire du gouvernement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La République en marche passe à l'offensive et entre en pré-campagne, avec l'élection présidentielle en ligne de mire et la conviction "qu'une partie de 2022 se joue maintenant".

Officiellement, 2022 n’est pas encore à l’ordre du jour pour La République en marche. Mais en coulisse, on se prépare déjà. La Macronie veut donc muscler sa communication en vue de la présidentielle. Et ça commence dès maintenant, sur le fond, en partant du principe que le bilan de la crise sanitaire sera l’un des axes de la campagne. "Soyons offensifs parce qu’on ne s’en sort pas si mal" a lancé en substance Jean Castex lors du bureau exécutif de La République en marche, lundi 1er mars. Il l’a encore répété devant les députés marcheurs : "Nous devons revendiquer notre stratégie vaccinale, nous sommes en tête en Europe de la vaccination sur les personnes les plus vulnérables."

"Etre encore plus combattifs"

Appel à toutes les voitures, donc : il est temps d’aller défendre la politique sanitaire du gouvernement… d’autant que c’est Emmanuel Macron lui-même qui a pris le pari de ne pas reconfiner la France. "Ça nous oblige à être encore plus combatifs, souligne un conseiller, car une partie de 2022 se joue en ce moment."

La Macronie passe donc à l'attaque, et veut se déployer partout. Une communication tous azimuts aux airs de pré-campagne, d’autant plus depuis que Matignon a desserré l’étau sur les prises de paroles des ministres, très limitées au plus fort de la crise. On a vu par exemple ces dernières semaines Gérald Darmanin, mais aussi le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebbari, débattre avec Eric Zemmour. On ne les en décourage pas. Même chose pour ceux qui veulent aller sur la chaîne conservatrice CNews ou chez Cyril Hanouna. "Ils sont face à des publics qu’on ne trouve que sur ces canaux" se félicite un proche d’Emmanuel Macron.

On n'oublie pas bien sûr les réseaux sociaux. A l’Elysée on remarque la dynamique du petit nouveau, ClubHouse, un réseau social de discussions à l’oral où plusieurs ministres sont déjà inscrits. La Macronie envisage enfin de créer des boucles d’information sur WhatsApp ou Telegram en vue de la campagne. Elles sont déjà très utilisées du côté du Rassemblement national, notamment.

Vous êtes à nouveau en ligne