Municipales : les "contacts prometteurs" du RN avec des élus de droite

Le Rassemblement National veut multiplier les listes d’union des droites aux municipales, comme à Perpignan ou à Carpentras

Perpignan, c’est tout un symbole pour le RN : c’est la plus grande ville que le parti peut espérer décrocher. Le candidat du parti y sera le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, qui a reçu dimanche le soutien d’un ancien LR. Il s'agit de Jean-Paul Garraud, co-fondateur avec Thierry Mariani du courant "La droite populaire" au sein des Républicains. Ils ont été élus tous les deux eurodéputés sous l’étiquette RN et ils ont réactivé leur label pour convaincre d’autres élus de droite de s’allier à l’extrême-droite. Et d’après un membre de la direction du Rassemblement national, ça fonctionne. 

Effet "sauve-qui-peut" chez LR

Jean-Paul Garraud fait partie de la commission d’investiture qui planche depuis hier et jusqu’à demain sur les dossiers. "On a quelques touches dans les départements où nous sommes bien implantés" précise cet eurodéputé RN. Il cite le Gard, le Vaucluse, le Var, les Bouches-du-Rhône, le Pas-de-Calais ou l’Aisne. Mais il y a aussi des contacts "prometteurs", dit-il, dans des régions où il y a ce qu’il appelle "un effet sauve-qui-peut" chez les Républicains. Notamment en Normandie, à l’est et en Bourgogne. 

Vous êtes à nouveau en ligne