Municipales à Paris : l'idée d'alliance avec des candidats Les Républicains est loin de faire l'unanimité à La République en marche

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Agnès Buzyn a lancé l'idée de faire alliance pour le second tour des municipales avec des candidats Les Républicains dans certains arrondissements de la capitale, ce qui a provoqué de la gêne dans son camp.

La candidate de La République en marche (LREM), Agnès Buzyn, est sortie du bois ce week-end en évoquant des alliances entre les deux tours des élections municipales à Paris, avec Les Républicains : "Pas une alliance entre partis, précise Agnès Buzyn sur Radio J, pas d'alliance d'appareil. Je travaillerai arrondissement par arrondissement pour voir quels sont les projets sur lesquels nous pouvons nous mettre d'accord avec les listes en présence."

Réaction de Marlène Schiappa, candidate dans le 14e arrondissement, sur BFM TV : "Je préfère perdre une élection que perdre mes valeurs." L'équipe d'Agnès Buzyn veut rassurer : "Il ne s’agit pas de s’allier avec Rachida Dati, mais avec des élus dans les arrondissements et ça se fera sur notre projet." Et puis on se rassure aussi, la pique de Schiappa, "c'est du Marlène tout craché".

Sauf que la secrétaire d'état n'est pas la seule à monter sur ses grands chevaux. La très sérieuse référente finances du groupe LREM, la députée Emilie Cariou, s'étonne : "Ces gens passent leur temps à nous casser du sucre sur le dos, je ne vois pas quel projet nous pourrions avoir en commun avec les Républicains." Question relayée sur Twitter par deux figures du groupe En Marche : la présidente de la commission des lois Yaël Braun-Pivet et la questeure, sorte de super intendante de l’Assemblée nationale, Laurianne Rossi. Un Marcheur qui en a parlé avec ses camarades constate que "tous les sociaux-démocrates sont horrifiés par cette idée d’alliance avec des candidats LR".

Vous êtes à nouveau en ligne