Menaces de défections chez les députés Les Républicains

Le parti est en ébullition après sa débâcle aux européennes, y compris sur les bancs du Palais Bourbon.

Un député ulcéré par la ligne - selon lui - beaucoup trop droitière du président des Républicains Laurent Wauquiez raconte qu'une dizaine de parlementaires LR se sont réunis cette semaine. "Nous prendrons les décisions qui s'imposent mercredi, après la réunion organisée par le président du Sénat Gérard Larcher", assure-t-il.

Cet élu proche de Valérie Pécresse dit espérer "une action collective", autrement dit un départ conjoint. Lui se dit certain de s'en aller dans les prochains jours et estime à "six ou sept" le nombre de ses collègues "aussi résolus que lui", sur 99 au total. Au passage, il ne dit pas non au passage à Agir, le groupe des députés de droite proche d'Emmanuel Macron.

Grosse tension sur les bancs de LR

Jeudi, onze jeunes députés ont publié une tribune, pour demander à Laurent Wauquiez de mettre en place un "comité du renouvellement" au sein du parti. Certains y voient une manœuvre, pilotée par le patron du parti lui-même, pour court-circuiter l'initiative de Gérard Larcher, vue par beaucoup comme "anti-Wauquiez".

En résumé : Laurent Wauquiez accepterait la mise en place de ce "comité du renouvellement" pour enterrer la contestation et faire en sorte de ne toucher ni au chef, ni à la ligne politique. Les 8,5% aux élections européennes dimanche soir ont laissé des traces et réveillé beaucoup d'inimitiés chez Les Républicains.

Vous êtes à nouveau en ligne