Marine Le Pen-Gérald Darmanin : un débat "pas comme les autres" jeudi dans l'émission politique "Vous avez la parole"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La majorité mise beaucoup sur la confrontation prévue jeudi soir sur France 2 entre le ministre de l'Intérieur et la candidate du Rassemblement national.

C’est dit clairement du côté d’En Marche : "Pour nous ce n’est pas un plateau comme un autre. C’est un débat important." Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin débattra en direct jeudi avec la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen dans l'émission politique de France 2 "Vous avez la parole". Les troupes de LREM sont appelées à se mobiliser sur les réseaux sociaux pendant l’émission pour relever les approximations de Marine Le Pen. Et soutenir un ministre de l’Intérieur qui "joue gros" selon l’un de ses proches. Même appel à la mobilisation du côté du RN.

L'entourage de Gérald Darmanin rappelle cette évidence : "Affronter Marine Le Pen, ce n’est pas comme débattre contre Nicolas Dupont-Aignan". "C’est le signe que Gérald a pris un poids politique de la plus haute envergure, explicite l'un de ses soutiens, et qu’il incarne plus qu'un autre le régalien dans l’équipe d’Emmanuel Macron."

Parler populaire

Car derrière l'affiche télévisée réside un enjeu national. "Gérald est le symbole de la lutte du président contre l’islamisme", dit l’une de ses amies. "Si Marine Le Pen amoche ce symbole, elle en sortira grandie à l’entrée d’une séquence électorale déterminante", avec les régionales en juin et une présidentielle dans quinze mois.

Un débat raté n'arrangerait donc pas les affaires de la majorité, dont une partie est convaincue que la campagne se jouera sur la sécurité. Cette frange mise beaucoup sur le "parler populaire" de Gérald Darmanin, un phrasé moins "parisien", pour convaincre les électeurs tentés par Marine Le Pen.

Assurer ses arrières

Et puis il y a un enjeu local, plus personnel, pour un ministre de l'Intérieur qui sait qu'il ne le sera pas éternellement. Et qu'il lui faudra un jour ou l’autre retrouver Tourcoing, sa terre d’élection dans le Nord. Dans cette ville, le Rassemblement national est arrivé largement en tête aux européennes de 2019.

L’année suivante, Gérald Darmanin avait du redescendre dans l’arène pour mener la liste aux municipales. Et sauver sa mairie, dès le premier tour. Réussir son débat face à Marine Le Pen, c’est aussi assurer ses arrières, pour l’après, quand l'expérience ministérielle touchera à sa fin.

Vous êtes à nouveau en ligne