Liban : l'Elysée travaille sur un nouveau déplacement d'Emmanuel Macron à Beyrouth

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Entre crise sanitaire et terrorisme, et après l'expiration du deuxième délai donné pour former un "gouvernement de mission", Emmanuel Macron garde un œil sur le Liban.

Ces dernières 48 heures, Emmanuel Macron a dépêché au Liban son conseiller monde arabe, Patrick Durel, pour rencontrer les principaux dirigeants du pays. Emmanuel Macron leur avait lancé un ultimatum, à deux reprises, pour former un "gouvernement de mission". En vain. L’ultimatum a expiré deux fois et “les mêmes incompétents, incapables, corrompus sont toujours en place”, rage l’un des hommes de confiance du président sur ce dossier.

Paris se désole d’une situation qui, sur le terrain, a empiré depuis l’explosion du 4 août sur le port de Beyrouth. D’où l’exode des plus aisés, et des chrétiens. "Dans quelques mois, il ne restera que les pauvres et les islamistes", s’alarme un proche de Jean-Yves Le Drian.

La clé est à Washington

Pour autant, Emmanuel Macron peut-il mettre encore plus de pression qu'il ne l'a fait depuis cet été ? La clé est à Washington, répond un familier du dossier. Quelle coordination Joe Biden envisage avec la France ? Le président américain élu ne s'installera à la Maison Blanche que le 20 janvier 2021, après son investiture.

En attendant, il faut composer avec Donald Trump. Ce dernier vient d’annoncer des sanctions contre plusieurs responsables libanais, dont Gebran Bassil, gendre du président Aoun, et patron du principal parti chrétien. L’administration Trump n'exclut pas un nouveau train de sanction dans les prochaines semaines.

Un retour à Beyrouth

L’Elysée se refuse jusqu’ici à tout commentaire public sur le sujet. Mais une rencontre est prévue avec le diplomate en chef de Donald Trump, Mike Pompeo, de passage lundi à Paris.

L’équipe d’Emmanuel Macron travaille aussi à un nouveau déplacement au Liban en décembre, sans doute autour de Noël, "pour passer le réveillon avec les militaires français de la Finul, la Force intérimaire des Nations unies au Liban." Et pour refaire le point sur la reconstruction du port de Beyrouth, des écoles, des hôpitaux

Vous êtes à nouveau en ligne