Le brief politique. Yannick Jadot va proposer une nouvelle alliance à Benoît Hamon

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Benoît Hamon a rendez-vous avec l'écologiste Yannick Jadot ce mardi.  Révélations de franceinfo sur la réponse que va lui apporter le candidat d'Europe-Ecologie-Les Verts à la présidentielle.

Après la victoire à la primaire socialiste, l'heure est aux manoeuvres, aux rencontres et aux tractations. Benoît Hamon, vainqueur de la primaire de la gauche, minoritaire dans son parti, ne peut s'économiser les alliances s'il veut envisager sérieusement l'élection présidentielle à venir.

S'il a effectivement rendez-vous ce mardi 31 janvier avec l'écolo Yannick Jadot pour tenter un rapprochement, il semble que la réponse qu'il recevra soit, de près ou de loin : "Chiche". Autrement dit, va au bout de ton idée, si tu veux vraiment porter un projet démocrate et écologique, quitte le PS. Le raisonnement de Yannick Jadot est imparable. Il estime que Benoît Hamon n’arrivera pas à réunir les deux bouts de la corde, autrement dit, toute la famille socialiste : François Hollande a déjà essayé et il a échoué.

Les écolos misent sur l’implosion du Parti socialiste avec le départ des soutiens de Manuel Valls, les fuites vers Emmanuel Macron et dans ce cas de figure, Benoît Hamon pourrait partir et fonder une nouvelle alliance avec eux.

Des citoyens réclament par ailleurs une nouvelle alliance Hamon-Jadot-Mélenchon. Deux pétitions circulent et proposent la réunion des trois candidats sous une bannière unique. Elles ont déjà recueilli plus de 33 000 signatures.

A suivre aujourd’hui

La Fondation Abbé Pierre reçoit ce mardi après-midi cinq candidats à la présidentielle pour écouter leurs propositions contre le mal-logement.

Le Front national a jusqu’à ce soir pour rembourser une partie des 340 000 euros perçus pour payer des assistants qui n’ont jamais travaillé au Parlement européen.

La note du brief 3/20

La note pour une curieuse façon de prendre la défense de François Fillon, empêtré dans l'affaire Penelope. Elle est signée du député LR de Paris, Bernard Debré, contre l'interdiction d'embaucher l'un de ses proches. "Pourquoi empêcher un député d'embaucher quelqu'un de sa famille ? Il peut le faire embaucher par un autre député. Alors ça veut dire quoi ? Que les députés vont embaucher aussi leur maitresse ?" Un argument massif...

Vous êtes à nouveau en ligne