Le brief politique. Un gri-gri gaulliste dans le bureau du président Macron

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Tout a été dit ou presque sur le décor du bureau du chef de l'Etat, vu lors son entretien télévisée dimanche. Sauf un détail qui a son importance : le président avait posé sur sa cheminée un gri-gri gaulliste.

Tout a été dit ou presque sur le décor du bureau d’Emmanuel Macron dimanche 15 octobre, lors de son entretien télévisé sur TF1/LCI. Sauf un détail qui a son importance : le président de la république avait posé sur sa cheminée un gri-gri gaulliste.

Le gri-gri, c'est une petite maquette de voiture et pas n’importe laquelle : une Simca Chambord 1958, l’une des voitures utilisée par le général de Gaulle quand il était à l’Elysée. En fait, Emmanuel Macron a toute une collection de voitures présidentielles : il a aussi la DS de Pompidou, la Renautl 25 de Mitterrand, la Safrane de Chirac et la Vel Satis de Sarkozy. Dimanche soir, pour la première grande interview depuis son élection, il y a cinq mois, il les avait retirées de sa cheminée. Quelque deux minutes avant l'entretien, il a reposé une voiture, celle du général de Gaulle, c’est un peu son gri-gri gaulliste, sachant qu'Emmanuel Macron revendique cette filiation. 

La note du brief

Un 15/20 pour le franc-parler de François Hollande. Reconnaissons que c'est plus facile quand on n'est plus président. L'ex-chef de l'Etat a donné sa première conférence à l’étranger, cette nuit, à Séoul. En Corée du sud, il a taclé Donal Trump.  François Hollande a dénoncé la "double faute" du président américain sur l’Iran. En  refusant l’accord sur le nucléaire iranien, il "jette le discrédit sur toutes les négociations futures", a déclaré François Hollande qui se plaint aussi de "l’imprévisibilité" du président américain

Vous êtes à nouveau en ligne