Le brief politique. Une ministre critique les déplacements multiples de Hollande : "Trop c'est trop !"

Les déplacements multiples des derniers de François Hollande ne sont pas du goût de l'ensemble du gouvernement. En off, une ministre critique. "Accélérer ne veut pas dire plus de message et plus de sorties" confie-t-elle à franceinfo. 

François Hollande n’est pas encore en campagne mais ça y ressemble. Le président fait beaucoup de déplacements, il en fait "trop" d’après une ministre. Et puis Emmanuel Macron va aller voir ses amis parlementaires mercredi 28 septembre à midi. François Hollande joue les "omniprésidents", il mutiplie les déplacements les visites. "Je lui ai fait passer le message trop c’est trop" raconte une ministre à franceinfo. "Accélérer, ça ne veut pas dire plus de discours et plus de sorties."  La ministre…qui le soutient, cite l’exemple de son déplacement à Tours samedi. François Hollande est allé voir les pompiers c’est bien mais tout ce qu’on retient c’est son détour à Blois dans un restaurant avec des sympathisants.  
Conclusion de cette amie  : "Il a besoin rapidement qu’une équipe se mette en place" pour s’occuper de cette pré-campagne.

Déclaration d'amour de Juppé aux patrons 

A près de deux mois de la primaire de droite et du centre, les candidats ont livré leurs recettes en matière d’économie mardi 27 septembre, devant des chefs d’entreprise. Et, après la déclaration d’amour de Manuel Valls, ils ont eu droit à celle d’Alain Juppé. "Il suffit qu'on vous dise qu'on vous aime pour que tout d'un coup tout change" a déclaré le candidat devant un parterre de patrons. 

D'après un nouveau sondage Kantar Sofrès pour le Figaro,  Alain Juppé a repris l’avantage sur Nicolas Sarkozy. Il le devance de 6 points au 1er tour de la primaire et il l’emporte au second tour. 

A gauche aussi, il y a eu des débats de fond mardi 27 septembre. Les quatre candidats de la primaire écologiste se sont affrontés sur le plateau des chaînes parlementaires. Alors on a surtout remarqué les points communs entre Duflot/Rivasi : Jadot et Delli notamment quand ils critiquent le gouvernement en général et la ministre de l’Écologie en particulier.  Yannick Jadot, d'ailleurs, ne s’est pas privé sur LCP Public Sénat. "Ségolène Royal, moi j'aime bien quand elle dit qu'elle est contre Notre-Dame-des-Landes, sauf qu'elle est membre d'un gouvernement qui décide exactement l'inverse" a indiqué Yannick Jadot. 

Macron et la "tartemolle"  

Emmanuel Macron va aller voir ses amis parlementaires à l'occasion de la rentrée. Une quarantaine de députés et de sénateurs macronistes devaient déjeuner ensemble mercredi 28 septembre et Emmanuel Macron devait passer les voir. C'est en tous cas ce qu'il a confié à franceinfo. 

L'ex-ministre de l'Economie s'est par ailleurs expliqué sur la une du Canard Enchainé. D’après l’hebdomadaire, Emmanuel Macron aurait traité François Hollande de "tartemolle". En fait, ce n’était pas spécialement dirigé contre François Hollande. On lui a demandé : " Est-ce vous serez candidat en fonction du résultat de la primaire de droite et de la candidature ou non de Hollande ? " Et l'intéressé a répondu :  "Je ne vais pas attendre de savoir si Tartemolle ou Machepro y vont pour me décider." 

A suivre aujourd'hui 

- Meeting de Nicolas Sarkozy avec Eric Woerth dans l’Oise
- Apparition de Christiane Taubira aux côtés de François Hollande au cours d’une cérémonie pour les mineurs grévistes de 1948
- Rentrée de Jean Marie Le Pen  en Seine-et-Marne

La note du brief


15/20 pour Patrick Buisson, qui accable Nicolas Sarkozy dans un livre qui sort jeudi 29 septembre. Il a réussi son coup. Tout le monde parle de lui,  mais la parade est toute trouvée. Cette fois il n’y a pas d’enregistrement, et il est accusé de manipulation notamment par Valérie Pécresse. Sur BFMTV, la présidente LR de la région Île-de-France a expliqué ressentir "la même défiance vis-à-vis de ce livre que vis-à-vis de celui de Valérie Trierveiler".