Le brief politique. Six "petits candidats" s’allient pour se faire entendre et dénoncer le nouveau système de parrainage

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Parce qu’ils peinent à décrocher leurs 500 signatures pour se présenter à l’élection présidentielle, certains candidats ont opté pour l’alliance. Parmi eux, Philippe Poutou, Alexandre Jardin ou encore Christian Troadec.

Pendant que les poids lourds se disputent la première place, certains candidats à l’élection présidentielle n’arrivent même pas à décrocher leurs 500 signatures. Six petits candidats très différents ont choisi de s’allier pour se faire entendre. 

Qu’est-ce qu’il a de commun entre le candidat du NPA Philippe Poutou, le "citoyen" Alexandre Jardin ou le régionaliste Christian Troadec ? Rien côté programme, mais, en revanche, tous ont le même problème : ils n’arrivent pas à obtenir leurs 500 parrainages, ticket d’entrée pour la présidentielle. Aussi ont-ils donc choisi de faire une conférence de presse commune aujourd’hui avec trois autres petits candidats : Pierre Larrouturou, Charlotte Marchandise et Oscar Temaru. 

Ils y dénonceront le nouveau système, qui impose la transparence sur les noms des parrains de chaque candidat. Un système qui, d’après eux, inhibe certains maires.  Christian Troadec parle même de pressions exercées sur eux, des allusions à des dotations qui pourraient disparaître. Ils vont donc tous ensemble lancer cet appel aux élus pour qu’ils leurs donnent un parrainage au nom de la démocratie. 

À suivre aujourd’hui 

Marine Le Pen et François Fillon seront au Forum des travaux publics. La présidente du FN, empêtrée elle aussi dans une affaire d’emplois présumés fictifs, fera une conférence de presse sur la politique internationale. 

La note du brief

Un 15/20 pour l’effet surprise de Claude Bartolone : le président de l’Assemblée nationale a annoncé hier qu’il ne se représentait pas aux législatives de juin. Jusque-là, il était candidat à un huitième mandat mais "il faut savoir passer la main aux nouvelles générations", a dit le député de Seine-Saint-Denis après 35 ans, tout de même, de mandats.

Vous êtes à nouveau en ligne