Le brief politique. Rien ne va plus entre les députés PS "pro Macron" et "pro Hamon" à l'Assemblée nationale

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Olivier Faure, le président du groupe socialiste, a demandé à tous ceux qui ne soutiennent pas Benoît Hamon de ne plus assister aux réunions du groupe à partir de la semaine prochaine. Eux dénoncent une décision "arbitraire".

Rien ne va plus entre les députés "pro Macron" et le président du groupe socialiste : après avoir été mis en cause, Olivier Faure demande l’arbitrage du président de l’Assemblée nationale. Tout a commencé par une lettre du chef de file des députés socialistes. Olivier Faure a demandé à tous ceux qui ne soutiennent pas Benoît Hamon de ne plus assister aux réunions du groupe à partir de la semaine prochaine, une fois la session parlementaire terminée puisqu’elles seront consacrées à la campagne du candidat qui n’est... pas leur candidat.

Dans un courrier, une dizaine de députés déclarés indésirables dénoncent une décision "arbitraire", ils dénoncent aussi l’utilisation des moyens de l’Assemblée pour faire la campagne de Benoît Hamon. "C’est tout à fait normal et habituel pendant une campagne présidentielle, réplique le patron du groupe. Olivier Faure m’a confié hier soir qu’il avait demandé à l’Assemblée de rédiger une lettre qui rappelle à tous ces principes. D’ailleurs Les Républicains continuent eux aussi leurs réunions de groupe pendant la campagne."

À suivre aujourd’hui

Le grand oral de cinq candidats devant la Mutualité sur leurs programmes santé, avec dans l’ordre Emmanuel Macron, NDA, Benoît Hamon, Yannick Jadot puis François Fillon. Emmanuel Macron sera par ailleurs en meeting ce soir à Londres. Il a remis à vendredi la présentation budgétaire de son projet : il devait initialement le faire demain.

La note du brief

C’est un 10/20 pour Jean-Marc Ayrault qui raccroche après quarante ans de vie politique. Le ministre des Affaires étrangères annonce ce matin dans Ouest France qu’il ne briguera plus aucun mandat. L’ex-député maire de Nantes veut laisser la place aux jeunes : "L’honneur de la politique, ce n’est pas de s’accrocher tout le temps." Bon, c’est bien, mais Jean-Marc Ayrault a tout de même enchaîné quarante ans de mandats et de postes de ministres...