Le brief politique. Primaire de la gauche : Jean-Luc Bennahmias, les débats en ligne de mire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le premier débat de la primaire de la gauche aura lieu le 12 janvier. Le candidat Jean-Luc Bennahmias compte bien marquer les esprits.

Il fait partie des "petits candidats" de la primaire de la gauche. Mais Jean-Luc Bennahmias a bien l'intention de marquer les esprits lors des débats qui se profilent avec ses six concurrents. Afin d'assurer dès le premier débat du 12 janvier, le président du Front démocrate et coprésident de l'Union des démocrates et écologistes (UDE) travaille sa diction avec un metteur en scène : "Je parle trop vite. Il m'apprend à articuler", confie-t-il.

L'objectif pour l'écologiste ? Bien réussir sa première et sa dernière minute du débat. Et faire passer deux messages de son programme : le revenu universel et l'idée d'un arc progressiste, allant de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon à celui de Nathalie Kosciusko-Morizet.

Que fera-t-il si les favoris de la primaire font preuve de suffisance durant les débats ? Jean-Luc Bennahmias a un argument tout prêt pour les remettre à leur place : "Je ne vais peut-être pas gagner la primaire, mais vous vous ne gagnerez pas la présidentielle avec Mélenchon et Macron comme adversaires." Les discussions promettent d’être animées...

La note du brief

Un 5/20 pour le manque de clarté de Martine Aubry. Au lieu de dire clairement qui elle soutient dans la primaire de la gauche, la maire socialiste de Lille distille les messages dans la presse. Dans L’Obs à paraître jeudi 5 janvier, elle se répand en compliments sur Benoît Hamon : "Ce qui m'a toujours frappée chez Benoît, c’est qu’il comprend bien la société. En plus, il a de l’humour. Il a pris de la maturité. Et son parcours est cohérent."

Vous êtes à nouveau en ligne