Le brief politique. Marine Le Pen accélère le rythme de sa campagne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que Marine Le Pen voit sa campagne marquer le pas, la candidate frontiste enchaîne les meetings pour redynamiser le tempo dans la dernière ligne droite.

Marine Le Pen veut y croire, aussi accélère-t-elle le rythme dans la dernière ligne droite pour relancer une campagne qui patine un petit peu. La candidate frontiste a programmé trois meetings cette semaine et a confié, ce week-end en meeting à Perpignan, à ses partisans le soin de "convaincre un indécis, prendre par la main un abstentionniste afin de doubler la puissance du sursaut patriote dans les urnes et arriver largement en tête le soir du 23 avril". Elle sera ce lundi soir au Zénith de Paris, en duel à distance avec Emmanuel Macron, son meilleur ennemi, qui va lui tenter de remplir Bercy dans l’après-midi. Dominique de Villepin pourrait même être de la partie.

La note du brief

Un 15/20 en sens de la formule pour le député maire Les Républicains de Reims, Arnaud Robinet, qui a ouvert la vanne après que François Fillon a laissé entendre ce week-end que le mouvement Sens Commun, émanation de la Manif pour Tous, pourrait participer à un futur gouvernement, "Perso, je préfère le sens de l'intérêt général que le sens commun", a twitté Arnaud Robinet… Autre son de cloche chez Laurent Wauquiez, qui a reçu François Fillon chez lui ce week-end au Puy-en-Velay. Le député et président de la région Rhône-Alpes-Auvergne a apporté son soutien à Sens Commun, "injustement caricaturé", écrit-il, avant de conclure : "dans la dernière ligne droite, notre devoir est de rassembler... pas de diviser..." François Fillon sera à Nice ce lundi chez Christian Estrosi.

Vous êtes à nouveau en ligne