Le brief politique. Manuel Valls poussé par ses amis à se présenter

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après la publication de ses confidences à des journalistes, des élus socialistes ont retiré leur signature de l’appel à une candidature de François Hollande. Des proches du Premier ministre engagent Manuel Valls à se présenter.

Le livre de confidences de François Hollande à deux journalistes du quotidien Le Monde a relancé les doutes sur une candidature de François Hollande, au point que les amis de Manuel Valls poussent maintenant le Premier ministre à se présenter. "C’est un choc extrêmement violent, le bateau prend l’eau de toute part", voilà comment un ministre parle des conséquences de ce livre Un président ne devrait pas dire ça... Le "bateau" dont il parle, c’est François Hollande. Il ne donne pas cher de la peau du président. "Avant c’était déjà compliqué", dit-il "maintenant on se demande comment on pourra faire campagne". Et il raconte que beaucoup d’élus socialistes ont retiré leur signature de l’appel à une candidature de François Hollande.

Manuel Valls va-t-il prendre la relève ?

Son rôle de Premier ministre l’empêche de le dire clairement, mais Manuel Valls pose des jalons. En privé, il ne cache pas que l’épisode bouscule tout. Il était stupéfait, très en colère d’après l’un de ses amis. Ce livre accentue le mouvement pour que le Premier ministre soit candidat. Il ne peut pas passer son tour, la situation est trop grave, voilà ce que pensent maintenant les proches de Manuel Valls.

Manuel Valls n’est pas le seul en lice. Emmanuel Macron se prépare lui aussi, et plus étonnant , Ségolène Royal revient dans le jeu.

Les petits pas de Ségolène Royal

C’est l’un de ses amis, le député Patrick Mennucci pourtant légitimiste qui l’a dit : "Ségolène Royal peut être une alternative à François Hollande." Ce que l'on observe en ce moment, c’est que la ministre de l’Ecologie installe le match avec Manuel Valls. Ce week-end, elle a encore remis en question l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Alors que le Premier ministre assure que la ZAD sera évacuée cet automne, Ségolène Royal estime qu’il vaut mieux "arrêter les frais".

Et pendant que le PS se cherche un candidat, Jean-Luc Mélenchon creuse son sillon à gauche. Le leader de la France insoumise a présenté son programme dimanche dans le Nord. Il propose une VIe République, l’abrogation de la loi Travail et la retraite à 60 ans. Jean-Luc Mélenchon se pose en principal opposant du favori à droite.

A suivre aujourd’hui

François Hollande sera donc pour la troisième fois, à Florange.

Et tous les candidats à la primaire de la droite seront devant les petits patrons du salon "Planète PME".

A lire ce matin

L’interview d’Olivier Besancenot dans le journal Libération. On retient cette phrase du leader du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) : "La politique institutionnelle est moisie, elle a des toiles d’araignée sous les bras."

La note du brief

C’est un 7/20 pour François Fillon qui s’est fait siffler à la Manif pour tous, dimanche à Paris, alors qu’il n’était même pas là. Il s’est contenté d’un communiqué pour soutenir la manifestation et il a envoyé une représentante qui a été copieusement sifflée quand elle a parlé de lui. François Fillon a beau être soutenu par Sens Commun, l’émanation politique de la Manif pour tous, il ne va pas assez loin pour eux, puisqu’il veut seulement modifier la loi Taubira. Le héros de la manif c’est Jean-Frédéric Poisson, le seul candidat de la primaire à droite qui promet de supprimer la loi Taubira.

Vous êtes à nouveau en ligne