Le brief politique. L’initiative d'Anne Hidalgo pour l'accueil des migrants va-t-elle inspirer le gouvernement ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé jeudi qu'elle proposerait au gouvernement une loi pour améliorer l'accueil des migrants en France.  

Les migrants : Anne Hidalgo interpelle le gouvernement

Alors qu'un campement sauvage dans le nord de Paris a été évacué vendredi 7 juillet, Anne Hidalgo, maire PS de Paris, a envoyé au gouvernement et aux parlementaires, une proposition de loi pour mieux accueillir les migrants et les répartir sur tout le territoire. "Rendons nous compte qu'avec 36 000 places créées en cinq ans, une place par commune française, nous aurions relevé ce défi de l'hébergement", a-t-elle déclaré. La proposition pourrait inspirer le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb qui doit présenter dans quelques jours un plan pour les demandeurs l’asile. 

Le gouvernement à la recherche d'économies

Voilà les lendemains qui déchantent, côté budget. Le gouvernement est en train de serrer la vis. Il faut trouver 4 à 5 milliards d'euros pour 2017. Les économies commencent avec les fonctionnaires. Le gouvernement veut supprimer 120 000 postes d’ici à la fin du quinquennat et remettre en place le jour de carence dès l’année prochaine. Une question de justice, dit le ministre des Comptes publics. Gérald Darmanin remet en place une mesure créée par Nicolas Sarkozy en 2012 et supprimée par François Hollande deux ans plus tard. 

Brigitte Macron répète son rôle de première dame

L'épouse du président de la République a participé jeudi 6 juillet à une cérémonie officielle à l’Elysée. Son rôle de première dame se précise. On l'a vue souriante et attentive, entourée d’enfants autistes que le couple présidentiel a reçus pendant près d’une heure. Brigitte Macron leur a même fait visiter son bureau ultra moderne. L’Elysée travaille toujours sur la charte qui doit définir son statut, car Emmanuel Macron a été très clair, il veut un statut pour son épouse pour éviter les polémiques. Cette charte fixera notamment le budget dont elle disposera et les domaines dont elle va s’occupera. "S'il faut vraiment un statut, faisons le", déclare sur BFM TV Roger Karoutchi, le sénateur LR des Hauts-de-Seine qui pourrait se présenter à la présidence des Républicains.

Réforme du Code du travail : plusieurs élus s’inquiètent de la méthode

Plusieurs députés qui ont participé aux travaux de la commission des affaires sociales ont été sidérés par le silence assourdissant des élus de La République en marche. Pendant que l’opposition a tenté de défendre ses 120 amendements, tous été rejetés. Aucun n’a pris la parole. Il n’y a que le rapporteur du texte et la présidente de la commission qui se sont exprimés, parfois avec un peu de légèreté comme lors de cette question du député Insoumis, Adrien Quatennens. Il demande un état des lieux des amendements traités. Réponse de la présidente de la commission, Brigitte Bourguignon : "Il en reste 77". "Avec un taux d'acceptation de 0% ?", reprend le député. "Evidemment, vous l'imaginez", reprend en riant la présidente. Non, ce n’est pas évident. Rappelons qu'il arrive que la commission accepte certains amendements de l’opposition. 

À suivre aujourd’hui

Emmanuel Macron au G20 à Hambourg

Edouard Philippe à la Monnaie de Paris entouré d'Anne Hidalgo, de Valérie Pécresse et de Patrick Ollier pour annoncer des mesures pour renforcer l'attractivité de Paris auprès des entreprises et des institutions financières dans le contexte du Brexit. 

La note du brief

Un beau 19/20 pour le bagout sans fard de Guy Roux. C'est l’entraineur de l’équipe de foot des députés qui est noté. Il y a eu un raz de marée de nouveaux élus, souvent plus jeunes et ça rassure Guy Roux. "Je serai moins angoissé. Je craignais toujours l'accident cardiaque ou le claquage chez les anciens", a-t-il déclaré. 

Vous êtes à nouveau en ligne