Le brief politique. Les signes de François Hollande pour montrer qu'il est toujours dans la course

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le président de la République n’a pas du tout l'air abattu par les turbulences autour de la publication de ses confidences. François Hollande n’a pas l’intention d’arrêter de parler.

Quel est l'état d’esprit de François Hollande, après les vives réactions jusque dans son camp, faisant suite à la publication de ses confidences dans un livre publié par deux journalistes du quotiden Le Monde ? Pour résumer, on peut dire : "même pas mal". François Hollande sème des messages au fil de ses visites.

François Hollande toujours dans la course

Mardi, au Salon international de l'alimentation à Villepinte, le chef de l'Etat a d’abord lâché cette petite phrase : "C’est très important que je puisse être là et j’essaierai d’être là, la prochaine fois." Autrement dit en 2017, toujours comme président...

En début de soirée mardi, à l’occasion des 70  ans de la Maison de l’Amérique Latine à Paris, là où il a fêté sa victoire à la primaire de 2011, François Hollande déclare : "Chaque fois que la gauche française avait à fêter une élection, je ne veux ici parler que passé, pas dire qu'un rendez-vous est proche, mais nous verrons bien...". Le message est clair : pour 2017, tout est encore possible. François Hollande a même des petits gestes envers les journalistes. Il est venu discuter avec le petit groupe qui le suivait à la Maison de l’Amérique latine, comme pour montrer que, malgré le livre, il aime toujours les journalistes. Il aura besoin d’eux, s’il est candidat.

À présent, François Hollande va attaquer une phase très internationale. Le chef de l'Etat sera à Berlin jeudi, puis au Conseil européen à Bruxelles. Mais "il y aura ensuite une phase très intérieure. Je ne vais pas cesser de me déplacer, ni de parler". Voilà un François Hollande toujours dans la course.  

À suivre aujourd’hui

- Le meeting de Nicolas Sarkozy en Corse, celui de Jean-François Copé à Lyon. Alain Juppé à Rennes et François Fillon à Belfort ainsi qu'à Dole.

- Les résultats du premier tour de la primaire écologiste mercredi soir.  

La note du brief

C’est un 15/20 pour récompenser l’inventivité d’une élue EELV. Corinne Rufet s’est inspirée d’une chanson de Boby Lapointe pour donner ce surnom à son amie Cécile Duflot. "Je l'appelle la maman des poissons, les poissons étant les écologistes. C'est celle qui peut rassembler tous ces petits poissons dans un banc pour être plus forts", dit-elle. Sauf que dans la chanson de Boby Lapointe, la maman des poissons est bien gentille et que les petits poissons sont bien sages. Ça ne colle pas trop à la réalité des écolos...

 

Vous êtes à nouveau en ligne