Le brief politique. Les juppéistes adoucissent le programme de Fillon, Pécresse furieuse contre Hollande

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après avoir imposé à François Fillon le remboursement à 100% des lunettes pour les enfants, les élus juppéistes continuent à peser sur le candidat pour qu'il adoucisse son projet sur la Sécurité sociale. Valérie Pécresse, elle, est furieuse contre François Hollande...

François Fillon a corrigé son projet sur la Sécu, sous la pression des juppéistes : une quarantaine d'entre eux se sont réunis mardi 21 février dans un bar près de l'Assemblée nationale, avec la ferme intention de continuer à peser sur le programme. Ce soir-là, Hervé Gaymard et Jean Leonetti ont expliqué à leurs amis comment ils ont imposé une mesure positive et symbolique : le remboursement à 100% des lunettes pour les enfants, pour adoucir le projet de François Fillon.

Et ils espèrent continuer sur leur lancée, en suggérant au candidat d’en faire beaucoup plus sur l’égalité homme/femme et pour la France rurale, la France des oubliés chère au FN. "Il est possible de faire baisser le Front national en proposant des mesures concrètes", a ainsi expliqué l’un des participants de la réunion, ravi que les juppéistes reprennent la main sur la campagne après l’offensive des sarkozystes. D’ailleurs, Alain Juppé rencontre François Fillon au QG de campagne en fin d’après-midi mercredi.

À suivre aujourd’hui

On saura aujourd'hui dans l'après-midi si Bayrou est candidat ou non. L'écologiste Yannick Jadot, lui, répondra en direct aux internautes du WWF.

Valérie Pécresse furieuse

François Hollande assistera au diner du Crif ce soir et dans la matinée, il sera chez Alstom à Belfort. Un "manque de courtoisie", estime Valérie Pécresse, qui sera elle aussi chez Alstom, mais à Valenciennes, avec Xavier Bertrand, parce qu’ils ont bouclé ensemble un gros contrat de RER nouvelle génération pour l’Ile de France. Avec, d’après la présidente de la région, à la clé 21 000 emplois sécurisés. "C’est nous les vrais sauveurs d’Alstom, pas François Hollande", tempête Valérie Pécresse, furieuse.

La note du brief

C’est un carton rouge pour Marine Le Pen : carton rouge remis par l’arbitre international Jean-Marc Ayrault. Lors de sa visite au Liban, la patronne du Front national a dit que Bachar Al-Assad était la seule solution viable contre l’Etat islamique. En réussissant à énerver au passage le ministre des Affaires étrangères : " Madame Le Pen a montré son vrai visage, ses vraies convictions", a ainsi affirmé sur franceinfo Jean-Marc Ayrault. "Je ne voulais pas laisser passer une telle incongruité, une telle irresponsabilité", insiste le ministre des Affaires étrangères, pour qui Marine Le Pen "préfère soutenir un dictateur qui a la responsabilité de plus 300 000 morts dans son pays".