Le brief politique. Les élus La République en marche refusent d'endosser tous les couacs du gouvernement

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les élus de La République en marche veulent s’améliorer disent-ils, mais ils refusent pour autant de porter le chapeau pour tous les couacs de l'exécutif. Certains critiquent même Emmanuel Macron.

Pas facile de vendre les mesures d’Emmanuel Macron quand les annonces du gouvernement fusent de tous les côtés, c’est l’un des quatre portes-paroles du groupe des députés de la LREM qui raconte que c’est parfois difficile de se caler avec certains ministres.

"Quand je veux savoir ce qu’ils font, je lis les journaux" : l’élu critique aussi le président qui dégaine les mesures plus vite que son ombre pour asphyxier l’opposition Très bien, mais il impose à ses troupes un rythme d’enfer. Exemple avec le RSI, "on aurait pu capitaliser, faire vivre la mesure", s’indigne le porte-parole. "L’après midi j’écoute le président et vlan ! Il appelle les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros".

Le député prévoit encore un peu de rodage avant que l’exécutif ne s’accorde avec ses députés, "dans un mois on sera bon", espère-t-il. Pendant deux jours à Aubervilliers ils vont justement travailler la cohésion de groupe.

À suivre aujourd’hui

Les journées parlementaires du Modem à Paris. Le Bureau politique du FN avec sans doute au menu des discussions sur la défection du maire de Cogolin, Marc-Etienne Lansade, qui a quitté le Front national dont il ne "partage plus la ligne". Et puis Emmanuel Macron est à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU.

La note du Brief

C’était le festival des revenants ce week-end, alors le prix d’interprétation revient à Manuel Valls, toujours convaincu d’avoir un grand avenir en politique. Il aurait "aimé être à la place d‘Emmanuel Macron", et il espère encore être un jour président de la République.

Mais la palme d’or du revenant en politique revient à François Hollande à qui le Journal du dimanche a consacré deux pleines pages. On découvre qu’il est inquiet pour le PS, qu’il a été déçu par Najat Vallaud Belkacem mais qu’il s’intéresse de près à son mari, Boris Vallaud. Ces derniers temps il a beaucoup parlé avec celui qui monte en ce moment chez les socialistes.

Vous êtes à nouveau en ligne