Le brief politique. Le micro-parti de François Fillon va devenir un think tank

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Forte de trois millions d’euros récoltés pendant sa campagne, Force républicaine, le micro-parti de François Fillon, va devenir un "think tank", une boîte à idées.

François Fillon était chez les juges lundi dans le cadre des suites données au "penelopegate". Pour le candidat malheureux à l’élection présidentielle, la politique c’est terminé : son micro-parti va devenir un "think tank", une boîte à idées. Cette dernière gardera le nom de "Force républicaine", et disposera de beaucoup d’argent puisque le micro parti de François Fillon, dont il est toujours président pour l’instant, a en caisse plus de trois millions d’euros, une partie de l’argent récolté pour la campagne du candidat. 

Les Républicains entendent d’ailleurs mettre un peu d’ordre dans tout cela : Gilles Carrez a été chargé par le secrétaire général d’effectuer une forme d’audit de tous ces micro-partis qui gravitent autour de LR et de regrouper les fonds. Tout ceci est programmé à l’agenda de la rentrée prochaine : c’est à ce moment-là que François Fillon devrait passer la main à son ami Bruno Retailleau. Les deux hommes ont convenu ensemble que c’est lui qui le remplacera à la tête de Force républicaine. Un bureau politique se réunira en septembre pour voter le changement de président. D’ici au 30 juin une assemblée générale "technique" sera convoquée pour approuver les comptes. Bruno Retailleau ne veut rien faire avant la rentrée pour ne pas ajouter à la confusion, ne pas donner l’impression que les amis de François Fillon cherchent à créer un autre parti… 

À suivre aujourd’hui 

Le Premier ministre poursuit ses entretiens avec les syndicats, tandis que Bernard Cazeneuve sera en meeting de soutien à Lens.

La Note du brief

La note de ce mardi est un carton rouge pour le candidat du FN dans la 15e circonscription du Nord. Il s’appelle Pascal Prince, il est conseiller municipal et au cours de sa conférence de presse mercredi dernier, il a taxé les étrangers de "Banania". Pour l’instant, le Front national n’a pas fait de commentaires.