Le brief politique. Laurent Wauquiez demande la démission de Gérald Darmanin malgré le désaccord des cadres LR

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le patron des Républicains demande officiellement la démission du ministre de l'Action et des Comptes publics, faisant fi des ténors du parti qui ont exprimé leur opposition.

Laurent Wauquiez a officiellement demandé la démission de Gérald Darmanin contre l’avis des ténors de son parti. D'ailleurs, il assume être un peu tout seul. Les conseillers de Laurent Wauquiez en ont tiré un nouveau concept. Cela s’appelle la "position officielle mais pas unanime". Laurent Wauquiez n’a pas été pris par surprise : ils ont parlé du cas "Darmanin" mardi 30 janvier en comité de direction et étaient tous d’accord pour dire qu’en matière d’exemplarité, un ministre accusé de viol, il y avait mieux. Pour autant, le patron a bien vu que ses lieutenants ne le suivaient pas sur la demande de démission.

Peu importe. Laurent Wauquiez a répété ensuite devant les députés que c’était la position officielle du parti. Acte d’autorité donc, mais bafoué y compris par son mentor, Nicolas Sarkozy qui est allé dîner à Bercy chez Gérald Darmanin lundi soir, d'après les révélations du Figaro. L'ancien président lui a témoigné son "amitié" et son "soutien". À la direction des Républicains, on reconnaît que cela tombait plutôt mal.

La note du brief

La note du jour est un 17/20 pour le goût de la provocation de François Ruffin, après le maillot de foot dans l’hémicycle, voilà le carnet de chèque. Mardi 30 janvier, il s’est adressé à la ministre de la Santé pour réclamer de l’argent pour les Ehpad. "Madame Buzyn, nous vous le demandons. Laissez un instant les belles paroles. Ne nous répondez même pas, pas un mot, pas une phrase. Je ne n'en serai pas outrée. Faites simplement un geste. Sortez le carnet de chèque", a lancé François Ruffin.

En prenant la parole, le député de la France insoumise, François Ruffin a brandi son carnet de chèque dans l’hémicycle. Il pourrait être sanctionné puisque d’après le nouveau règlement de l’Assemblée nationale, l’utilisation d’objets divers est strictement interdite.   

Vous êtes à nouveau en ligne