Le brief politique. La nomination d’Edouard Philippe donne un axe de campagne aux candidats PS

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

D’abord saisis par la nomination d’un Premier ministre de droite, les candidats du PS aux législatives y voient une opportunité pour fixer un acte de campagne.

La nomination d’un Premier ministre de droite donne un peu d’air aux candidats du PS : c’est ce que constatent certains candidats aux législatives sur le terrain. "Les électeurs de Macron, ils encaissent", aurait ainsi entendu Christian Paul sur le marché dans sa circonscription de la Nièvre. L’homme explique que tous les électeurs du PS qui ont voté utile, donc Macron, sont un peu saisis, puisqu’ils ne s’attendaient pas à ce que le président de la République aille jusqu’à nommer un Premier ministre de droite. "Pour nous, ce n’est pas mauvais, constate l’ancien chef de file des frondeurs. Cela prouve qu’Emmanuel Macron n’est pas de gauche et cela nous donne un axe de campagne." 

Pour donner souffle à sa campagne, Christian Paul a lancé un conseil parlementaire citoyen : une vingtaine de volontaires seront tirés au sort début juin et mettront leur grain de sel dans toutes les décisions du député pendant 5 ans, s’il est élu. 

A suivre aujourd’hui 

François Baroin en campagne pour les législatives dans le grand-Est, à Nancy, Toul et Metz. Benoît Hamon est, lui, à Fontenay-sous-Bois ce mercredi soir. 

La note du brief

Clin d’œil au Festival de Cannes, ce mercredi matin on décerne la palme d’or à l’homme le mieux informé de France, Jean-Louis Nadal, le président de la Haute-Autorité pour la transparence de la vie publique, qui a en ce moment la liste de tous les ministres sélectionnés puisque ses services sont en train, dit-on, d’éplucher leurs déclarations fiscales.