Le brief politique. Il y a désormais une candidate pour diriger La République en marche

C'est la quatrième candidature pour la direction de LREM. L'élection du nouveau délégué général se tiendra le 1er décembre.

C’est une candidature spontanée, celle d’une simple adhérente de Chalon-sur-Saône. Elle s’appelle Nathalie Enderlen-Tournier, elle est chef d’entreprise et elle se jette dans la bataille pour "relancer la machine". Elle est candidate au poste de délégué général de La République en marche dont l'élection doit se tenir le 1er décembre.

La candidate veut "restructurer le mouvement pour donner la parole aux militants", elle trouve que l’enthousiasme des débuts est retombé comme un soufflé et que quelqu'un venu de la base comme elle pourra redynamiser le parti.

Son problème, c’est qu’elle va affronter des poids lourds soutenus par l’exécutif, les deux favoris de cette élection : Stanislas Guérini et Pierre Person, qui ne s'est pas encore déclaré officiellement.

Il faut aussi qu’elle décroche ses parrainages, ceux de 60 adhérents LREM membres du Conseil du parti, dont 30 députés, trois sénateurs, dix référents territoriaux et cinq élus non parlementaires. Mais elle a confiance, pour elle "c’est jouable". Nathalie Enderlen-Tournier est la quatrième candidate pour prendre la direction de LREM, les candidatures seront closes le 14 novembre à minuit.

La note du Brief


Un 5/20 pour Christophe Castaner qui a tenté l’humour pour répondre à une question sur la sécurité de Donald Trump. Une Femen avait bondi près de la voiture du président américain sur les Champs-Elysées le 11 novembre, le ministre de l’intérieur a tenté une pirouette : "Effectivement, le président des Etats-Unis s'est retourné dans sa voiture et a pu voir une femme avec des seins nus, ça n'est pas une arme de destruction massive, sauf peut être pour Adam et Eve..."

Vous êtes à nouveau en ligne