Le brief politique. Hamon continuera à réunir les députés socialistes malgré la fin de la session parlementaire

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Olivier Faure, le patron des députés PS, a décidé de maintenir les réunions de groupe avec les députés socialistes pendant toute la campagne présidentielle, malgré la fin de la session parlementaire. Objectif : conserver le lien avec le terrain.

Benoît Hamon fait son baptême du feu devant les députés socialistes ce lundi 6 février avec sa première réunion de groupe. Il risque d’y être un peu chahuté par les nouveaux frondeurs qui ne se reconnaissent pas dans son programme et qui réclament des corrections ou du moins des garanties sur la faisabilité de son projet. Décision a été prise par le patron des députés socialistes, Olivier Faure, de continuer à réunir les députés une fois par semaine pendant toute la campagne présidentielle, même quand la session sera terminée à la fin du mois de février.

Une manière, en somme, de tirer les leçons de la campagne de Lionel Jospin en 2002, pendant laquelle, selon lui, le parti avait "avait perdu le lien avec le terrain". "Ce sont, explique-t-il, les députés qui font tout remonter. Grâce à eux, on comprend ce qui marche et c’est encore plus rapide que les sondages".

A suivre aujourd’hui

Marine Le Pen est en visite dans un commissariat de Juvisy ce lundi après-midi sur le thème de la sécurité. François Fillon, de son côté, réunit les parlementaires à son QG avant un déplacement dans l’Aube avec François Baroin.

La note du brief

Un 18/20 pour le "démineur" Emmanuel Macron, qui n’a pas attendu que la rumeur enfle pour démentir sa liaison supposée avec le PDG de Radio France : lundi soir, au cours d’une visite surprise à ses troupes réunies dans un théatre parisien, il a ironisé : "Si dans les dîners en ville, on vous dit que j’ai une double vie avec Mathieu Gallet ou qui que ce soit d’autre, c’est mon hologramme qui soudain m’a échappé, mais ça ne peut pas être moi !" Avec, donc, au passage, un peu d’ironie sur l’hologramme de Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuel Macron n'a d'ailleurs pas seulement tordu le cou à la rumeur, et a entendu répondre à ses adversaires qui l'ont peu épargné ce week-end en meeting. Benoit Hamon qui l’avait comparé à un "jeune guépard", "créature du système", se voit renvoyé par le candidat de En Marche au "syndrome de Peter Pan", qui ne vit pas dans la réalité. Et sur le Penelopegate, Emmanuel Macron se fend d'une allusion acide : "Brigitte partage ma vie du soir au matin mais je ne l’ai jamais rémunérée pour cela". Dans la salle, les rires fusent.