Le brief politique. François Fillon tient sa ligne

En déplacement mercredi à Provins, en Seine et Marne, François Fillon a conservé sa ligne de défense et affirmé qu'il était "toujours là" malgré "les torrents de boue déversés" sur lui.

Le candidat Les Républicains tient sa ligne : en déplacement mercredi 5 avril à Provins, en Seine-et-Marne, François Fillon a affirmé qu'il était "toujours là" malgré "les torrents de boue déversés" sur lui. En faisant allusion à l'affaire des emplois présumés fictifs de son épouse, il a dénoncé la "salve ininterrompue de calomnies à (son) endroit" qui "a réussi à étouffer presque tout débat de fond". "Ce sera bientôt le moment de vérité", a lancé l'ex-Premier ministre, à 19 jours du premier tour.

>> A lire aussi. François Fillon : "J'ai les dates, les jours, les personnes qui ont communiqué les documents

"Nous ne pouvons plus attendre. Nous ne pouvons plus repousser les réformes. Cinq ans d'immobilisme de plus seraient cinq ans de trop", a-t-il dit, sûr d'être le seul à pouvoir incarner "l'alternance". François Fillon en a profité au passage pour taper sur l'action de François Hollande, sans oublier d’égratigner au passage Emmanuel Macron, le candidat d’En Marche ! 

La note du brief 

Un 15/20 en méthode Coué pour le candidat socialiste Benoît Hamon et cette déclaration mercredi à Nancy, ville où est décédé Emile Coué. Benoît Hamon sur un nuage malgré les mauvais sondages : "J’ai beaucoup de confiance ! Plus ça va, plus je suis confiant…" Émile Coué, c'est ce pharmacien qui disait : "Ayez la certitude d'obtenir ce que vous cherchez et vous l'obtiendrez… pourvu que cette chose soit raisonnable."

Vous êtes à nouveau en ligne