Le brief politique. Des députés marcheurs avec un pied dedans et un pied en dehors de leur parti

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Des députés de La République en marche ont rejoint un huitième groupe nouvellement créé à l'Assemblée nationale, sans pour autant quitter leur parti.

Des députés de La République en marche (LREM) ont quitté leur groupe à l’Assemblée nationale, mais ils restent dans leur formation politique. 

C’est notamment le cas de François-Michel Lambert. Le député des Bouches-du- Rhône garde sa carte d’adhérent au mouvement LREM, alors qu’il vient de rejoindre un nouveau groupe qui s’appelle "Libertés et territoires". C'est un huitième groupe à l’Assemblée nationale, composé de centristes, d’anciens socialistes et d’ex-marcheurs, mais aussi de deux députés toujours en marche. "Ce n’est pas de la défiance, mais de l’exigence", a confié l'un d'eux à franceinfo. Ces deux élus pourraient voter contre des textes de lois de la majorité et dans ce cas-là être sanctionnés. Et pourquoi pas exclus de LREM ? "On verra…", répond, fataliste, ce député.

La note du brief 

Un bonnet d’âne pour Jean-Luc Mélenchon qui s'en est pris à une consoeur de France 3 et à son accent toulousain. Il a refusé de lui répondre. Pourtant, pendant la campagne présidentielle en 2017, il reprochait à François Fillon, "de ne vouloir répondre de rien" et à Marine Le Pen de "refuser les convocations et de montrer du doigt les fonctionnaires de police qui veulent l'intercepter". C'est exactement ce qu’il fait aujourd’hui… 

Vous êtes à nouveau en ligne