Le brief politique. D'autres ministres du gouvernement devraient rallier Macron

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après Barbara Pompili, première ministre à rallier Emmanuel Macron, d’autres membres du gouvernement devraient se dévoiler dans les heures et les jours qui viennent. 

Mardi 21 février, Barbara Pompili, la secrétaire d'Etat en charge de la biodiversité, a annoncé qu'elle ralliait la bannière d'Emmanuel Macron. Le socialiste Bernard Poignant, fidèle de François Hollande, lui a emboité le pas. Mercredi, c’est Thierry Braillard qui devrait annoncer qu’il soutient Emmanuel Macron. Le secrétaire d’Etat aux Sports ne devrait donc pas respecter la ligne officielle de son parti, le PRG, qui a choisi de soutenir Benoît Hamon. D’autres ministres devraient se dévoiler dans les heures et les jours qui viennent. C’était la consigne de François Hollande : vous pouvez dire qui vous soutenez à partir du 18 mars, date de clôture des parrainages pour les candidats.

Le Guen et Kanner devraient suivre

Jean-Yves Le Drian, doit rejoindre lui aussi Emmanuel Macron. Ce n’est plus un secret : son équipe travaille déjà pour lui et ses conseillers lui ont même fourni des fiches pour le débat lundi soir. Le ministre de la Ville, Patrick Kanner, devrait suivre, il ne fait pas confiance à Benoît Hamon pour accéder au second tour et battre le Front national. Jean-Marie Le Guen n’en pense pas moins : le secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement a déjà quasiment franchi le pas. "On peut être socialiste et appeler à voter pour Macron", avait ainsi déclaré l'homme fin janvier sur franceinfo.

À suivre aujourd'hui

La passation de pouvoir entre Bruno Leroux et Mathias Fekl ce mercredi matin. Tous les candidats à la présidentielle auditionnés par les maires de France : cela se passe à la Maison de la Radio toute la journée. En visite au Tchad, Marine Le Pen sera représentée par David Rachline.

La note du brief

Un 2/20 pour Bruno Leroux et son manque de cohérence. Quand l’affaire des emplois présumés fictifs a éclaté pour François Fillon, Bruno Leroux déclarait : "Je pense qu'il devrait y avoir une règle simple qui est que cela ne devrait pas être autorisé, parce que cela peut bien entendu prêter à confusion, à suspiscion." Puisqu'il n'a parlé que des conjoints et pas des enfants, Bruno Le Roux échappe au 0/20 et récupère un 2/20.

Vous êtes à nouveau en ligne