Le brief politique. Soupçons de triche : méfiance entre les clans des deux favoris de la primaire à droite

La tension monte entre les équipes des deux favoris de la primaire à droite. Les proches d’Alain Juppé soupçonnent les sarkozystes de vouloir tricher.

Le climat est de plus en plus sous tension entre les clans des deux favoris de la primaire à droite. Les proches d’Alain Juppé accusent les sarkozystes de vouloir tricher. "On me dit que certains sarkozystes veulent faire en sorte que ça se passe mal", cette petite phrase lourde de sens a été prononcée en privé par un proche d’Alain Juppé. Cet élu appartenant au clan Juppé craint des tentatives de fraude, mais lesquelles ? Il ne sait pas, mais son appréhension est géolocalisée. Elle se focalise sur un endroit en particulier : les Alpes-Maritimes.

Il a beaucoup été question des Alpes-Maritimes pendant le conflit entre Copé et Fillon. C’est là notamment qu’il y a eu des accusations de triche en 2012. Les Alpes-Maritimes représentent la troisième plus importante fédération du parti Les Républicains et elle est tenue par deux sarkozystes : Christian Estrosi et Eric Ciotti. L’équipe d’Alain Juppé a du mal à trouver des délégués dans ce département. Malgré un appel par mail lancé il y a plus d’une semaine, il manque encore des volontaires pour surveiller les bureaux de vote dans le département azuréen, d’où les craintes de fraude.

A suivre aujourd’hui

- Manuel Valls sera devant les députés socialistes pour remotiver des troupes déboussolées par les confidences de François Hollande.

- Najat Vallaud-Belkacem annoncera des mesures pour remplacer les profs absents.

- Emmanuel Macron fait son troisième et dernier meeting de diagnostic à Montpellier.

- Marine Le Pen se déplace devant les petits patrons du salon  « Planète PME »

La note du brief

C’est un 15/20 pour Benoit Hamon qui résiste aux sirènes de la "peopolisation". Le candidat à la primaire de la gauche pour 2017 a refusé de participer à l’émission de Karine Le Marchand Une Ambition Intime sur M6. Il a longuement hésité parce qu’il aurait pu, grâce à cette émission, gagner les points qui lui manquent auprès des femmes. Mais la prestation ne correspond pas à sa vision de la politique. C’est ce que dit Benoit Hamon dans un communiqué. Voilà un homme politique qui refuse un peu de popularité pour protéger ses convictions, d’où la bonne note …

Vous êtes à nouveau en ligne