Le brief politique. Chez Les Républicains, un pot pour oublier les affaires... d'impôts

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Après François Fillon et les soupçons d’emplois fictifs de son épouse et ses enfants, Thierry Solère, son porte-parole, est soupçonné de fraude fiscale par le parquet de Nanterre. Ambiance délétère, donc, mardi soir, chez les députés Les Républicains qui fêtaient la fin de la session parlementaire.

Les députés Les Républicains n'ont pas le moral. "C'est très difficile...Quand on vous demande si vous n'avez pas honte, c'est très ennuyeux... Parce que moi je suis là pour servir mon pays, au-delà du destin de tel ou tel...", confesse Pierre Lelouche, le député de Paris. Alors mardi soir, ce 14 février plombé par les nouvelles révélations du Canard enchaîné, les députés Les Républicains organisaient un pot pour oublier cette nouvelle histoire d'impôt et fêter la fin de la session parlementaire dans une ambiance particulière. Et même... délétère, dénonce le député du Vaucluse, Julien Aubert : "Les gens n'aiment pas qu'on triche avec les règles mais ils ne supportent pas non plus cette espèce de meute et d'avoir matin midi et soir le même plat. Ils ont envie de passer à quelque chose d'autre.", soupire-t-il.

Dix-sept orateurs envoyés dans toute la France

Après avoir une nouvelle fois éteint la fronde parlementaire qui couvait chez Les Républicains, François Fillon va tenter tant bien que mal de relancer sa campagne. Mais pas en première ligne : le candidat va envoyer à partir de jeudi dix-sept orateurs nationaux sur le terrain, dans toute la France, pour tenter une nouvelle fois de remettre en selle sa candidature. François Fillon doit par ailleurs déjeuner mercredi midi avec Nicolas Sarkozy.a note du brief

18/20 pour Gérard Larcher, presque amouraché, après les adieux de Bernard Cazeneuve au Sénat. Le Premier ministre sera en déplacement la semaine prochaine, c'était donc hier sa dernière séance : "Je voudrais exprimer au Sénat à l'occasion de cette dernière réponse pour la législature le très grand plaisir que j'ai eu à travailler avec vous tous et à quel point j'ai toujours trouvé auprès de vous une qualité de travail législatif qui fait honneur à l'assemblée que vous constituez ensemble", a conclu devant l'assemblée des sénateurs cet expert en bienséance.

Réponse du président du Sénat : "C'est un sentiment partagé, monsieur le Premier ministre, je tenais à vous le dire..." Une petite déclaration d'amour dans l'enceinte du Palais du Luxembourg, dans le climat du moment un peu lourd, qui vaut bien un 18/20.

Vous êtes à nouveau en ligne