La Macronie se prépare au retour d’Edouard Philippe

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le retour d’Edouard Philippe se précise. Il sort son prochain livre début avril et les Marcheurs s’interrogent : comment accueillir l’ancien Premier ministre ?

Le retour de l’homme politique préféré des Français, voilà qui fait forcément du bruit. "Ceux qui pensaient qu’il était à la retraite se sont trompés sur son appétit et son état civil" prévient un de ses amis. Car oui, Edouard Philippe revient, il cale d’ailleurs en ce moment la campagne de promotion de son livre sur son expérience à Matignon (co-écrit avec son ami et ancien conseiller Gilles Boyer). Elle pourrait durer plusieurs semaines.

Alors de l’Elysée à la majorité, on scrutera chaque mot, chaque attitude de l’ancien Premier ministre. Pour le reste, beaucoup de députés, de ministres le regrettent… Certains macronistes le disent : "On rêve tous de l’accueillir dans notre circonscription pour une seance de dédicace". L’ambiance sera donc plutôt bouquet de roses que bouquet d’orties… "Il faudra valoriser ce qu’il a fait, dixit une députée, car c’est aussi le bilan du président." Une manière de commencer à l’embarquer dans la future campagne présidentielle. Plusieurs marcheurs le disent : "Sans lui, le président ne sera pas réélu en 2022".

"Que Macron fasse un pas vers Philippe"

L’autre certitude largement partagée en Macronie : Edouard Philippe est ambitieux sans doute, mais traître certainement pas, comme l’expose un ténor de la majorité : "Peut-il larguer les amarres ? Non, si tout va bien. Il se dit que s’il y avait un accident avec la crise sanitaire, il pourrait jouer le recours." L’enjeu donc : tenter de l’intégrer au dispositif de campagne d’Emmanuel Macron… "Il ne sera pas forcément dans un organigramme, il est plutôt là pour agir", souligne un stratège du président. D’autres imaginent même "un ralliement, à la Bayrou 2017". Un de ses proches l’assure, dans un mois, "Edouard répondra à toutes les questions", notamment donc, sur ses intentions vis-à-vis d’Emmanuel Macron.

Car depuis qu’ils ne travaillent plus quotidiennement ensemble, les deux hommes se sont logiquement éloignés. Ils se parlent, assure sobrement un proche du chef de l’Etat, quand du côté du Havre, on se limite à l’habituel "pas de commentaire". On a connu plus enjoué. Mais dans la mesure où c’est le président qui s’est séparé de son Premier ministre l’été dernier, "il faut que Macron fasse un pas vers Philippe" plaide un marcheur. Ce sera sans doute chose faite dans les deux mois puisque le chef de l’Etat envisage à nouveau de se rendre au Havre. Il doit remettre à Edouard Philippe l’insigne de Grand officier de la Légion d’honneur pour ses deux ans passés à Matignon. L’opportunité de montrer, publiquement, que les liens ne sont pas distendus.

Vous êtes à nouveau en ligne