Covid-19 : les consultations de Jean Castex sur les nouvelles restrictions à Paris et dans la petite couronne

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour s'assurer que les nouvelles mesures sanitaires liées au coronavirus soient acceptés de tous, Matignon a consulté tous azimuts ce week-end.

"Il y a eu concertation et dialogue tout le week-end", explique un conseiller de Matignon. Paris et la petite couronne − les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne − ont été placées en zone d'alerte maximale en raison de l'évolution de l'épidémie de Covid-19, dimanche 4 octobre. Au bout du fil, tout le week-end : le Premier ministre Jean Castex, qui avant d'annoncer un nouveau tour de vis sanitaire, a longuement échangé avec Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, et la maire de Paris Anne Hidalgo. L'occasion pour chacun de faire valoir ses arguments.

>> Suivez la situation et les dernières annonces dans notre direct

Jean Castex a rappelé que la boussole du gouvernement comptait trois indicateurs : le niveau de circulation virale dans la population générale, le taux d’incidence auprès des personnes âgées et le taux d’occupation des réanimations par des patients atteints du Covid-19.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a réclamé que toute nouvelle mesure s'accompagne d'un soutien économique de l'État aux entreprises qui en pâtissent, insistant sur "le chemin, fut-il étroit, à trouver entre précaution sanitaire et préservation de l'activité". Quant à Anne Hidalgo, elle a fait savoir qu'elle était réservée sur la fermeture des bars et restaurants, proposant à la place des patrouilles de sécurité pour faire respecter des protocoles sanitaires.

Le Premier ministre a tranché dans la soirée, une fois reçu l’avis du Haut Conseil de santé publique. "L'idée était d'annoncer les mesures aussitôt reçu cet avis", explique Matignon, rappelant que Jean Castex avait aussi reçu l'Association des maires de France et les représentants de l'hôtellerie-restauration la semaine dernière, pour entendre leurs doléances.

La mairie de Paris se range aux décisions du préfet de police

Aussi, la distinction entre bars et restaurants proposée par les professionnels a été retenue par le gouvernement. Les premiers devront fermer mardi à Paris et dans les départements limitrophes, alors que les seconds pourront rester ouverts à la condition d'appliquer un nouveau protocole sanitaire. De nouvelles mesures "contraignantes, et dans différents domaines", devaient être annoncées lundi matin par Didier Lallement, le préfet de police de Paris, au cours d'une conférence de presse conjointe avec la maire de Paris.

L'Hôtel de Ville avait déjà pris ses distances avec ce qui pouvait être dévoilé. "Toutes les décisions relèveront formellement du préfet de police, confie un élu. La mairie ne dispose d’aucune compétence sanitaire ou économique." Difficile pour autant de savoir précisément de quoi il s’agit, on imagine que cela concerne les lieux accueillant du public et la jauge des réunions dans l’espace public.

Pour ce qui relève des compétences régionales, par exemple les transports et les lycées, il n'y aura pas de nouvelles annonces a priori. Pour éviter l’affluence dans les bus, les RER, les métros, l'Île-de-France va en revanche renouveler son appel au télétravail et au lissage des horaires de bureaux.

Vous êtes à nouveau en ligne