Ceux qui ont marqué l’année 2019 : Yannick Jadot l'ambitieux

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Pour Yannick Jadot, la tête de liste d'Europe-Écologie-Les-Verts aux élections européennes de 2019, cette année aura été pour lui celle de la notoriété.

Ancien de Greenpeace, entré à Europe-Écologie-les-Verts il y a 20 ans, Yannick Jadot permet à son parti de décrocher aux européennes un score inespéré : 13,5% des voix. Le 26 mai 2019 au soir, acclamé par les militants, il évoque une vague verte à l'œuvre en Europe : "Nous sommes ce soir la troisième force politique en France. Les Français nous ont envoyé un signal très clair : ils veulent que l'écologie soit au cœur de notre vie, au coeur du jeu politique. Et ce message a été lancé dans toute l'Europe." Ce soir-là, Yannick Jadot voit grand. Il promet la création d'un comité citoyen de surveillance et d'initiative sur l'Europe. Il se projette vers les prochaines échéances électorales. Il rend aussi publique sa relation avec la journaliste Isabelle Saporta, de quoi alimenter le procès en narcissisme qui lui est parfois fait. Quelques jours plus tard, 160 personnalités de gauche le mettent en garde dans une tribune contre tout péché d'orgueil.

La délicate question des alliances

Comment convertir l'essai ? Avec quels partenaires ? Yannick Jadot revendique une écologie ni de droite ni de gauche. Un concept qui passe difficilement auprès des troupes écologistes comme auprès de ses potentiels alliés. "Quand j'ai écouté la campagne de Yannick Jadot, c'est vrai qu'on est face à toute une série de problèmes. Penser qu'on peut régler la question environnementale sans s'attaquer à la loi du marché et au capitalisme me paraît dingue !", critique Clémentine Autain, députée La France insoumise, sur le site de Regards, la revue qu'elle dirige. Dans le conflit social du moment, le mouvement contre la réforme des retraites, Yannick Jadot se montre discret. Il était dans la manifestation parisienne du 5 décembre 2019, mais avec un discours quelque peu timoré : "Il faut sortir de l'immobilisme, aujourd'hui le système des retraites n'est pas un système juste, mais il faut le faire évoluer vers plus de justice sociale." 

Rentrée chargée

L'agenda de Yannick Jadot sera plus chargé à la rentrée. Il prévoit une tournée pour soutenir les candidats verts aux municipales. Les sondages sont bons dans les métropoles, mais l'eurodéputé sait que pour nourrir de plus vastes ambitions pour la suite, il faudra aussi convaincre ailleurs et "montrer que l'écologie n'est pas qu'un truc de bobos". Au-delà de cette échéance, l'enjeu pour Yannick Jadot est de se montrer crédible sur le régalien. Laïcité, justice, défense, des sujets sur lesquels les Verts sont peu audibles. Le chemin vers la présidentielle 2022, évoquée au soir du 26 mai, est encore long.  

Vous êtes à nouveau en ligne